Développement durable

Communiqué – La dynamique d’Internet : prospective 2030

Le Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP) vient de publier une étude sur  La dynamique d’Internet : prospective 2030

Internet : prospective 2030

Internet : prospective 2030

Une étude confiée à des enseignants chercheurs de Télécom ParisTech et à des membres de la Fondation internet nouvelle génération (FING) par le Commissariat général à la stratégie et à la prospective tente d’identifier les tendances, les incertitudes et les tensions liées à l’évolution d’internet à l’horizon 2030.

Aujourd’hui, internet connecte un tiers de l’humanité. Demain, internet nous reliera également à des dizaines de milliards d’objets, de capteurs, de robots, qui dialogueront entre eux, et prendront progressivement en charge des pans entiers de la gestion de la vie quotidienne.

La dynamique d’internet bouleverse les schémas classiques d’organisations, les modes de production, le travail, le rapport au savoir et à la connaissance, l’expression démocratique, les liens sociaux, etc. Le rôle de la puissance publique est remis en question. Le caractère mondial du réseau réduit la portée des actions nationales sur le plan du droit, de la fiscalité, de la normalisation.

L’évolution des équipements, des services et des usages liés à internet influence l’ensemble de l’économie, obligeant de nombreux secteurs à s’adapter. Se profilent des batailles industrielles intenses pour le partage de la valeur dégagée dans cet écosystème. La place de l’Europe est clairement posée. La capacité d’innovation européenne n’arrive pas à s’exprimer et le passage à l’échelle des éventuels succès reste exceptionnel. Cependant, l’internet des objets et des robots et la constitution de nouvelles plateformes de dialogue avec ceux-ci devraient offrir des opportunités à l’industrie européenne et permettre à l’Union Européenne, si elle sait s’en saisir, de dépasser ses faiblesses structurelles et d’entrer de plain-pied dans la bataille numérique dominée par les États-Unis.

Internet entrainera des tensions, entre les gouvernements, les « géants » du numérique (Google, Amazon, Facebook, Apple, etc.), les opérateurs de réseau, les internautes. Les questionnements éthiques liés à l’utilisation des données personnelles et l’enjeu de la sécurité des systèmes d’information pourraient provoquer des ruptures dans le développement d’internet.

Le CGSP formule six propositions destinées à soutenir la réindustrialisation de l’Europe dans le numérique et à adapter la régulation à l’influence croissante que l’internet, et notamment l’internet des objets, exercera sur la société :

  1. Soutenir la réindustrialisation de l’Europe dans le numérique, en identifiant les plateformes émergentes liées à l’Internet des objets et à la robotique, et en accompagnant leur développement industriel à l’échelle européenne
  2. Traduire sur internet les principes généraux du droit : si Internet a pu bénéficier d’exemptions, sa diffusion massive et l’imbrication de plus en plus forte des mondes matériel et immatériel l’imposent désormais
  3. Etablir des principes généraux de partage de la valeur dans les transactions numériques et redéfinir les règles fiscales applicables sur la base de ces transactions dont le suivi et le traitement sont rendus aujourd’hui possibles
  4. Anticiper les mutations industrielles et les nouvelles organisations du travail en termes de normes, de droits, de fiscalité et de localisation et adapter le droit en conséquence, en particulier celui du travail
  5. Mettre en œuvre de façon volontariste le numérique dans la santé et l’éducation
  6. Construire une politique française d’e-inclusion et de cohésion sociale numérique pour endiguer la montée des disparités sociales liées au numérique

Contact Presse

Jean-Michel ROULLÉ

Responsable de la Communication

Tel. 01 42 75 61 37  |  Mob. 06 46 55 38 38  |  jean-michel.roulle@strategie.gouv.fr