Skip to main content

Les publications

Les notes d'analyse

Le défi alimentaire de l'Afrique à l'aune de ses ressources en eau (Note d'analyse 329 - Avril 2013)

Le défi alimentaire de l'Afrique à l'aune de ses ressources en eau (Note d'analyse 329 - Avril 2013)

03/04/13

À l’horizon 2030, l’augmentation de la population, l’urbanisation croissante et les modifications des habitudes alimentaires en Afrique devraient conduire à une forte augmentation des besoins alimentaires. L’augmentation de la variabilité des ressources en eau dans le temps et dans l’espace ainsi que de la fréquence d’évènements climatiques extrêmes, dus au changement climatique, constitueront un défi important à relever pour les États africains du fait de leur impact sur la disponibilité des ressources en eau et donc sur les rendements agricoles.

  • Le défi alimentaire de l'Afrique à l'aune de ses ressources en eau

Le quatrième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) paru en 2007 soulignait que, à l’avenir, la production agricole et l’accès à la nourriture pourraient être sérieusement compromis par la variabilité et l’évolution du climat et que, dans certains pays, le rendement agricole dépendant de l’irrigation par les eaux pluviales pourrait diminuer de 50 % dès 2020. De fait, à l’horizon 2030, la population africaine, qui a quadruplé entre 1950 et 2010, devrait encore augmenter de moitié, passant ainsi de 15 % à près de 20 % de la population mondiale. Ajouté à une urbanisation croissante et à des habitudes alimentaires en forte évolution sur le continent africain, cet accroissement démographique devrait conduire à une importante augmentation des besoins alimentaires. Simultanément, le changement climatique provoquera une plus grande variabilité des disponibilités en eau et aura donc un impact non négligeable sur les rendements agricoles.

Dans ce contexte, si les tendances actuelles se poursuivent, le continent africain ne pourra pas nourrir l’ensemble de sa population sans recourir aux importations. En Afrique du Nord, le développement de l’agriculture devrait être principalement freiné par les limites du potentiel cultivable et la faiblesse des ressources en eau. En Afrique subsaharienne, malgré la disponibilité de terres et de ressources en eau, le rythme de la croissance démographique ainsi que les verrous économiques constitueront des freins importants à une autosuffisance alimentaire.

La production agricole de l’Afrique et, par extension, sa capacité à nourrir sa population, dépendront en grande partie des politiques agricoles, énergétiques et foncières que mettront en œuvre les gouvernements africains. Elles seront également conditionnées par les moyens que les institutions internationales (gouvernementales et non gouvernementales) pourront mobiliser en faveur des petits paysans et des différentes formes d’agriculture et d’irrigation qu’ils pratiquent. Dans ce cadre, la recherche de systèmes de culture mieux adaptés à leur environnement issus de l’agriculture de conservation, le développement d’une irrigation plus efficiente, l'essor de systèmes mixtes d’exploitation agricole conciliant cultures intensives et vivrières et la limitation dans le temps des baux confiés à des investisseurs privés constituent autant de pistes à explorer.

Sommaire

  • L'eau : un bien de plus en plus stratégique pour le continent africain d'ici à 2030
  • Les enjeux accrus en matière de sécurité alimentaire face à un secteur agricole à fort potentiel mais vulnérable dans le contexte actuel et futur
  • Pistes d'adaptation du modèle agricole et de gestion de l'eau en Afrique à l'horizon 2030
  • Auteur : Clélia Godot, département Développement durable

Mots clés : eau, Afrique, sécurité alimentaire, agriculture, changement climatique.

La galerie multimédia

Photos de la Conférence de presse - Les enjeux de l'eau