Skip to main content

L'espace presse

Dossiers de presse

Le fret mondial et le changement climatique

22/09/10

Mercredi 22 septembre 2010, Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d’analyse stratégique et Michel Savy, ont rendu public le rapport "Le fret mondial et le changement climatique"

Les émissions du transport de fret : la face cachée de la mondialisation

Le fret mondial et le changement climatique Perspectives et marges de progrès

Les émissions du transport de fret : la face cachée de la mondialisation

Le fret mondial et le changement climatique Perspectives et marges de progrès

Depuis 1950, les échanges sur les marchés internationaux ont augmenté de près de 30 fois en volume, reflet de la croissance économique et de la mondialisation. Celle-ci a toutefois un revers : le transport de fret (domestique, intra-européen et international) est désormais responsable de 10 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone.

En outre, ces émissions ont fortement progressé depuis quelques années : si les tendances actuelles se poursuivent, elles pourraient bien tripler d’ici à 2050.

Pourtant, jusqu’à aujourd’hui, les émissions liées au fret ont été négligées par l’opinion publique comme dans l’enceinte des négociations climatiques : problème abordé souvent, discuté des fois, régulé jamais. Ce désintéressement vient en partie d’une méconnaissance du sujet. En outre, une action volontaire pour diminuer l’empreinte carbone du commerce fait craindre une atteinte aux habitudes de consommation, voire comme un frein aux échanges commerciaux, et plus généralement à la croissance économique.

Ce rapport du Centre d’analyse stratégique apporte donc clés de compréhension et pistes de solutions afin de résoudre une équation particulièrement difficile : comment concilier le développement du commerce international et la lutte contre le changement climatique ? A cette fin sont envisagées de nouvelles régulations des secteurs maritime, aérien et routier, dans le but d’en réduire les émissions.

Reste que l’objectif de réduction par deux d’ici à 2050 des émissions mondiales de gaz à effet de serre fait sans doute preuve d’une ambition excessive : l’ensemble des mesures technologiques, organisationnelles, économiques et réglementaires proposées ici ne conduit en effet qu’à une stabilisation des émissions à l’horizon considéré. Raison de plus pour prendre des mesures sans tarder.

Travaux coordonnés par Caroline Daude, chargée de mission à l’Inspection générale des Finances et Johanne Buba, chargée de mission, Département Développement durable au Centre d’analyse stratégique.

Contact :

Jean-Michel Roullé
Responsable de la communication
jean-michel.roulle@strategie.gouv.fr
01 42 75 61 37