Back to
Débats
Mercredi 05 Juin 2013
09h00 à 09h00
Le Commissariat général à la stratégie et à la prospective et la Chaire santé de Science Po ont eu le plaisir de vous convier au colloque : Pourquoi et comment réguler les pratiques médicales ?

de 9 heures à 17 heures Sciences Po – Amphithéâtre Chapsal -27 rue Saint-Guillaume – 75007 Paris

Enjeu à la croisée des questions de liberté de prescription, de qualité des soins et de régulation des dépenses, l’encadrement des pratiques médicales est perçu depuis longtemps comme un levier fondamental d’amélioration de l’efficience du système de santé. La modification des pratiques a ainsi fait l’objet de nombreuses recommandations et dispositions réglementaires, notamment au travers des lois de financement de la sécurité sociale successives.

Toutefois, de larges marges de progrès demeurent, au regard, notamment des disparités géographiques constatées.

Comment rendre la prescription et la réalisation d’actes plus pertinentes ? Telle sera la question en débat au cours de ce colloque.

PROGRAMME

  • 9h00 – Introduction  du séminaire
    Hervé MONANGEAdjoint au Commissaire général à la stratégie et à la prospective
    Didier TABUTEAUResponsable de la Chaire santé de Sciences Po
  • 9h30 – Table ronde 1 : Disparité des pratiques des professionnels médicaux : quelles réalités ?

Les données administratives concernant les actes et les prescriptions médicales permettent de mettre en évidence des disparités en matière de pratiques médicales. Ces divergences peuvent s’expliquer par l’état de santé des populations locales mais aussi par des raisons liées à l’offre locale combinée à des facteurs individuels. Quel constat peut-on dresser des écarts de pratique aujourd’hui ?

Interviendront :
Dominique POLTONDirectrice de la stratégie des études et des statistiques à la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS)
France VRIJENS, Expert statisticienne au Centre fédéral d’expertise des soins de santé, Belgique
Francis BONNETProfesseur d’anesthésie réanimation à l’université Pierre et Marie Curie, praticien hospitalier, membre du conseil d’administration de la Société française d’anesthésie et de réanimation
René MORNEXProfesseur émérite et doyen honoraire de la faculté de médecine de Lyon, membre de l’Académie nationale de médecine, rapporteur du groupe de travail visant à « améliorer la pertinence des stratégies médicales » (avril 2013)

Table ronde animée par :
Pierre-Henri Bréchatmembre de la chaire santé de Sciences Po

  • Discussion avec la salle
  • Pause
  • 11h15 – Table ronde 2 : Quels outils d’encadrement des pratiques pour quels effets ?

De nombreux pays ont adopté, dans l’objectif de modifier le comportement des professionnels, des modes de régulation multiples. Ils peuvent aller de la simple information des professionnels sur les bonnes pratiques à la nécessaire validation préalable de leurs prescriptions par des organismes extérieurs, à l’image des mécanismes de « pre-authorization » mis en place par les assureurs aux États-Unis. Quelles sont les stratégies menées en France ? Quel bilan peut-on en faire ?

Interviendront :
Marie GROSSETMaître des requêtes en service extraordinaire, Conseil d’État
Gérard REACHPU-PH, Service d’endocrinologie-diabétologie-maladies métaboliques, hôpital Avicenne, Bobigny
Bruno TOUSSAINTDirecteur de la revue Prescrire
Claude RAMBAUD, Présidente du Collectif interassociatif sur la santé (CISS)

Table ronde animée par :
Mathilde Reynaudichargée de mission au Commissariat général à la stratégie et à la prospective

  • Discussion avec la salle
  • 12h45 – Déjeuner libre
  • 14h00 – Table ronde 3 : Comment évaluer au mieux les pratiques des professionnels ?

L’évaluation et les retours d’information aux professionnels sur leur pratique sont des leviers majeurs d’efficience. Ces mécanismes, pour être efficaces, doivent s’articuler à un effort de formation redoublé au sein du système de santé. Quels sont les outils mobilisables ? À partir d’exemples associatifs et étrangers, quels dispositifs innovants pourrait-on imaginer ?

Interviendront :
Rémy BATAILLON, Directeur adjoint de la Direction de l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins à la Haute autorité de santé (HAS)
Robert NICODEME, Professeur de médécine générale et président de la section formation et compétences, Conseil national de l’ordre des médecins
Guy BOUDETChef du bureau chargé de l’exercice, de la déontologie et du développement professionnel continu des professions de santé à la Direction générale de l’offre de soins (DGOS)
Una LANEDirectrice de la direction inscription et revalidation du General Medical Council, Royaume-Uni
Mathieu ESCOT, Chargé de mission santé à l’UFC-Que Choisir

Table ronde animée par :
Gilles Duhamel, membre de la chaire santé de Sciences Po

  • Discussion avec la salle
  • 16h30 – Conclusion
    Jean-François GIRARDPrésident du PRES Sorbonne Paris-Cité

Actes de colloque – Pourquoi et comment réguler les pratiques médicales ?

 

 

pourquoi-et-comment-recc81guler-la-politique-mecc81dicale1.png

 

Pourquoi et comment réguler les pratiques médicales ?

 

dsc04921.jpg

 

461.jpg

 

11.jpg

 

21.jpg

 

31.jpg

 

41.jpg

 

51.jpg

 

61.jpg

 

71.jpg

 

81.jpg

 

91.jpg

 

101.jpg

 

1111.jpg

 

121.jpg

 

131.jpg

 

141.jpg

 

151.jpg

 

161.jpg

 

171.jpg

 

181.jpg

 

191.jpg

 

201.jpg

 

211.jpg

 

221.jpg

 

231.jpg

 

241.jpg

 

251.jpg

 

261.jpg

 

271.jpg

 

281.jpg

 

291.jpg

 

301.jpg

 

311.jpg

 

321.jpg

 

331.jpg

 

341.jpg

 

361.jpg

 

371.jpg

 

451.jpg

 

Tous nos travaux sur  :