Back to
Débats
Date de publication :
Lundi 10 Juillet 2017
Lundi 10 Juillet 2017
17h00 à 19h00
Alors que la dette publique focalise l’attention depuis de nombreuses années, c’est l’endettement du ‎secteur privé qui, soutenant l’apparition de bulles, conduit à des crises financières et fait courir le risque ‎de dépression.

C’est la thèse développée par Lord Turner, qui a notamment dirigé l’Autorité des ‎services financiers britanniques de 2008 à 2013, dans un ouvrage dont la traduction française est parue ‎récemment: ‎« Reprendre le contrôle de la dette : Pour une réforme radicale du système financier », Éditions de l’Atelier, avril ‎‎2017.‎‎

Afin de lutter contre l’instabilité générée par la croissance excessive du crédit privé, l’ancien régulateur ‎appelle à une réforme radicale du système bancaire et à une gestion active par les autorités des ‎volumes et de l’allocation du crédit. Pour surmonter les erreurs passées, il soutient également qu’il peut ‎être nécessaire de monétiser la dette et les déficits publics.‎


Intervenants

Lord Adair Turner, président du Institute for New Economic Thinking, ancien président du Financial Services Authority du Royaume-Uni (2008-2013)

Jean-Claude Trichet, ancien président de la Banque centrale européenne (2003-2011)

Olivier Garnier, chef économiste, Groupe Société générale


* * Lord Adair Turner, “Reprendre le contrôle de la dette : Pour une réforme radicale du système financier”, Éditions de l’Atelier, Avril 2017.


Although public debt has been the focus of attention for the past few years, excessive private credit and ‎indebtedness is what policymakers should really be worrying about. By fuelling cycles of real-estate ‎bubbles, financial crises and depressions, it currently poses one of the greatest threats to developed ‎economies. This is the thesis put forward by Lord Turner, who headed the UK Financial ‎Services Authority from 2008 to 2013, in a book - "Between Debt and the Devil : Money, Credit and Fixing Global Finance", Princeton University Press, 2015 - recently translated into French.

Because excessive credit growth can only lead to chronic instability, the former regulator calls for a ‎radical reform of the banking system and direct control of credit and its allocation. To remedy past ‎mistakes, he also argues that debt monetisation by central banks should be on the table.‎

Compte rendu
Galerie média

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

1/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

2/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

3/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

4/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

5/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

6/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

7/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

8/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

9/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

10/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

11/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

12/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

13/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

14/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

15/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

16/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

17/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

Débat - Reprendre le contrôle de la dette

18/18

Débat - Reprendre le contrôle de la dette
Tous nos travaux sur  :