Back to
Débats
Date de publication :
Mardi 12 Septembre 2017
Mardi 12 Septembre 2017
14h00 à 17h30
France Stratégie a lancé un cycle de séminaires consacré à la fonction d’expert dans le débat public et la décision publique, qui vise notamment à comprendre les ressorts la défiance que ce rôle suscite dans l’opinion. Après un état des lieux des modalités classiques et innovantes de mobilisation de l’expertise dans le cadre de l’action publique en France (séance 1), cette séance propose un tour d’horizon des travaux sur « l’expertise », notamment produits par les historiens et les sociologues, qui l’envisagent comme une pratique sociale pouvant faire l’objet d’une analyse critique.

L’histoire de l’expertise permet de poser la question du lien entre les formes d’exercice du pouvoir politique et les modalités de mobilisation de la connaissance par les gouvernants. Au-delà de la figure classique du « conseiller du prince », le rapport entre savoir et pouvoir se cristallise sans doute avec l’avènement de l’État moderne. Mais peut-on faire de ce qu’on a appelé, au cours de la seconde moitié du XXe siècle, la « montée de l’expertise », l’une des clés de lecture des mutations politiques de cette période ?

La sociologie s’intéresse également à ce phénomène, notamment à partir des années 1960-1970 : le recours croissant à l’expertise par les pouvoirs publics serait à la fois l’expression d’une technicisation des modes d’action publique, du mythe positiviste de la science omnisciente et d’une « crise démocratique ». Préférant à la catégorie d’experts une attention portée aux « situations concrètes d’expertise », les travaux sociologiques aident également à mieux comprendre l’émergence dans les années 1990 de formes d’expertise dite « profanes », « d’usages » ou encore « citoyennes » – par opposition à l’expertise des « sachants ». En mettant en lumière les risques de dérive « technocratique », la sociologie critique invite les pouvoirs publics à prendre au sérieux cette pluralité d’expertises et à s’interroger sur les modes de concertation accompagnant les processus de décision.

Si, ces dernières années, les frontières entre expertises « savantes » et expertises « profanes » semblent s’estomper, est-il nécessaire de reconstruire ou d’actualiser certaines catégories d’analyse de ces pratiques sociales ? Du point de vue de la pratique du recours à l’expertise, quels aspects ont véritablement évolué ? Assiste-t-on par exemple à une « démocratisation » de la prise de décision ? Et quels sont, en 2017, les principaux défis pour les pouvoirs publics ?  

Ces questions seront au cœur de la séance qui s’articule en deux temps : 1) enseignements des sciences sociales sur la pratique de l’expertise ; 2) discussion générale sur les spécificités du moment présent.

Quels enseignements tirer des situations d’expertise observées par les chercheurs en sciences sociales ?

Avec Jérôme Lamy, historien et sociologue des sciences (chercheur associé au Laboratoire PRINTEMPS – Université de Versailles Saint-Quentin) – « Histoire critique de l’expertise d’État » ; Corinne Delmas, professeure des Universités, membre du Centre nantais de sociologie (CENS) – «  La sociologie de l’expertise : regards croisés sur un phénomène pluriel » ; Jean-Michel Fourniau, chercheur au Groupe de sociologie pragmatique et réflexive (EHESS) – « Quels outils pour appréhender l’expertise ? » ; Jean-Yves Trépos, professeur émérite de sociologie à l’Université de Lorraine – « Quelle place pour l’expert entre État et société civile ? ».

Quelles singularités du débat sur l’expertise aujourd’hui ?

Quel est l’intérêt de débattre de ces questions aujourd’hui ? La « défiance » vis-à-vis de la parole experte est-elle si singulière en 2017 ? Quelles difficultés tiennent à la prise en compte de la pluralité des expertises ? Quelles perspectives d’évolution des pratiques ?

Compte rendu

Ouvrir l’expertise à la pluralité des savoirs, ceux des sciences humaines, et ceux dits profanes des usagers et des citoyens, est non seulement un enjeu démocratique mais aussi une exigence scientifique.

Quand l’action publique se repose sur une forme d’expertise « savante » exclusive, le risque de dérive technocratique n’est jamais loin. C’est pourquoi la sociologie invite à prendre au sérieux la pluralité des expertises dites d’usage, et à s’interroger sur les modes de concertation accompagnant les processus de décision. L’enjeu n’est plus seulement démocratique – casser le monopole d’un certain savoir et faire participer les citoyens – mais également scientifique – améliorer la qualité même de l’expertise.

La défiance vise la monopolisation du savoir

C’est un fait, par temps de défiance, l’expert est mal-aimé. Un constat général qui appelle des précisions. De quelle expertise parle-t-on ? De celle qui, dans la sphère des politiques publiques comme dans la sphère privée, est perçue comme « une forme de monopolisation du savoir », diagnostique Jean-Yves Trépos, professeur émérite de sociologie à l’université de Lorraine. Mais comment en est-on arrivé là ?

L’expertise n’a pas toujours été « un passage obligé » de l’action publique. Sa « montée en charge » n’est observable que depuis une trentaine d’années environ explique Corinne Delmas, professeure des universités, membre du Centre nantais de sociologie (CENS). En témoigne sur cette période la profusion des audits, évaluations et autres exercices de diagnostic. Utilisés de manière circonstanciée puis systématiquement convoqués « pour à peu près tout type de décision » !

Spécificité française, l’État se dote alors de ses propres experts, souligne Jérôme Lamy, historien et sociologue des sciences à l’université de Versailles Saint-Quentin. Principalement issus des grands corps de l’État – l’École nationale d’administration (ENA), l’École polytechnique, les Écoles normales supérieures – ils vont constituer une catégorie d’experts « légitimes », exerçant au final une forme de monopole sur le savoir « institutionnel ».

Pourquoi ? Parce qu’ils sont jaloux de leurs prérogatives, note Jérôme Lamy ! Peut-être. Mais aussi, surtout, parce que ce processus d’internalisation de l’expertise dans l’appareil d’État aboutit à ce que les experts détiennent (en plus de leur savoir scientifique) « un savoir-faire spécifique » que Jean-Michel Fourniau, chercheur au Groupe de sociologie pragmatique et réflexive (EHESS), qualifie de « fit for purpose » (taillé sur mesure) : il est à même de fournir au pouvoir politique des réponses compatibles avec ses outils d’action.

Prendre la complexité du réel au sérieux

L’autorité morale de l’expert vient donc de ce que le pouvoir politique l’accrédite et la légitimité de la décision publique, de l’avis de l’expert. De là ce qu’on pourrait qualifier de fonctionnement en vase clos. Ou pour le dire autrement, de manque d’ouverture ! Facteur aggravant : « la technicisation croissante de la prise de décision » – qui culmine avec la création d’agences dans le domaine sanitaire, estime Jérôme Lamy – augmente le coût d’entrée dans ce cercle fermé.

Comment l’élargir ? En commençant déjà par le faire connaître. On sait peu finalement du travail des experts. Dans certains pays anglo-saxons, les délibérations entre experts sont ouvertes au public. Une manière de jouer la transparence efficace mais « impensable » en France, note Corinne Delmas. Tout juste sept organismes publics de recherche, d’expertise et d’évaluation des risques sanitaires et environnementaux ont-ils signé à ce jour une Charte d’ouverture au public.

Au-delà de la transparence, l’enjeu réside surtout dans la prise en compte des savoirs non hégémoniques, ceux qu’on dit profanes, de l’usager, du citoyen, mais aussi ceux issus des sciences humaines et sociales souvent infériorisées ou écrasées par la culture du chiffre qui domine le savoir expert. Il ne s’agit pas seulement de réhabiliter l’expertise (prise en méfiance) mais de l’amender. L’État ne peut plus se prévaloir de la seule expertise « scientifique » pour asseoir ses décisions, constate Corinne Delmas, « il doit prendre la complexité du réel au sérieux ».

L’objectif n’est du reste pas aussi inaccessible qu’il y paraît. C’est ce que montrent notamment les travaux de l’ANSES sur les parties prenantes ou le rapport Houllier sur « les sciences participatives ». En la matière, l’expertise dans le champ de l’environnement – un domaine où les grands corps de l’État ne sont pas détenteurs historiques du savoir – constitue un bon exemple. Là, les expériences de pluralisme, de conférences citoyennes et de débats inclusifs ont déjà fait leurs preuves.

Ne reste plus qu’à ce qu’elles essaiment…

Galerie média

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

1/11

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

2/11

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

3/11

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

4/11

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

5/11

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

6/11

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

7/11

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

8/11

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

9/11

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

10/11

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?

11/11

Séance 2 - Paroles d'experts : pour quoi faire ?
Tous nos travaux sur  :