Publié le
Algorithmes, libertés et responsabilités
Algorithmes, libertés et responsabilités
jeudi 10 mars 2016
Les avancées numériques et les transformations sociales résultantes ou motrices de ces innovations suscitent enthousiasmes, débats et controverses, tant sur leur portée que sur les opportunités ou les risques qu’elles recèlent. Pour éclairer ces questions, France Stratégie organise avec l’EHESS et Inria un cycle de débats mensuels Mutations technologiques, mutations sociales. Ce cycle propose d’instaurer un dialogue entre experts, suivi d’un débat engagé librement avec des personnalités de la décision publique, de la recherche, du monde associatif ou économique, spécialistes de ces sujets.

La prochaine rencontre, « Algorithmes, libertés et responsabilités », sera introduite par Daniel Le Métayer, directeur de recherche Inria, et Antoinette Rouvroy, chercheuse qualifiée du FNRS au Centre de recherche en information, droit et société (CRIDS), à l’Université de Namur.

Avec la prolifération des données massives, la vie et les interactions des citoyens sont de plus en plus intensément "médiées" par des algorithmes informatiques dont les individus n'ont le plus souvent pas même conscience ou dont ils ne maîtrisent pas les logiques de fonctionnement. Les algorithmes interviennent notamment dans la structuration du monde numérique, du fait du rôle des moteurs de recherche et des systèmes de recommandation ; dans les activités commerciales, en rendant possible l'individualisation croissante des prix ou des primes d'assurance ; mais aussi dans la sphère publique, que ce soit dans l'éducation aujourd'hui ou la santé demain. Parce qu'il produisent des effets sur les individus, ces traitements algorithmiques, aussi "objectifs" qu'ils puissent paraître à première vue, réinterrogent les notions :

  • de liberté (notre capacité à ne pas être là où nous sommes attendus ou de ne pas faire tout ce dont les algorithmes nous jugent capables) et de déterminisme (les "profils" algorithmiques ne sont-ils pas des prophéties autoréalisatrices ?) ;
  • de justice (la justice est-elle réductible à l'objectivité numérique et à la fiabilité computationnelle ?) ;
  • d'égalité (les distinctions de traitement fondées sur des profils algorithmiques sont-elles nécessairement favorables à l'idéal d'égalisation des opportunités ?) ;
  • de responsabilité (qu'est-ce qu'assumer une décision dans un contexte marqué par la recommandation automatisée ? Qu'est-ce que rendre compte de soi dans un contexte de profilage intensif ?).

Cette séance abordera notamment les thématiques suivantes :

  • Faut-il davantage encadrer l'utilisation de certains algorithmes ? Si oui lesquels, dans quelles circonstances, comment ?
  • La "transparence" des algorithmes, pour autant qu'elle soit un objectif souhaitable et atteignable, est-elle de nature à réellement rendre les relations entre les individus et les administrations ou les entreprises a) plus symétriques ? b) plus justes et équitables ? Est-elle de nature à rendre les décideurs plus responsables ?

 

Événement sur invitation uniquement

Contact

Lionel Janin : mutmut@pm.gouv.fr

Galerie média