Publié le lundi 14 octobre 2013
© antbphotos - Fotolia.com
© antbphotos - Fotolia.com
Demain, l’agriculture devra concilier des performances productives, économiques, environnementales et sociales. Le Commissariat général à la stratégie et à la prospective a sollicité l’Institut national de la recherche agronomique pour mener une réflexion sur les possibilités d’évolution de l’agriculture française vers des systèmes de production multiperformants et sur les conditions de leur déploiement en France.

D’ici dix ans, la ferme France aura profondément évolué. Grâce à de nombreuses initiatives, la transition est déjà en route. La course à la production poursuivie par l’agriculture française depuis les années 1950 – sa productivité a été multipliée par dix depuis – est en voie d’évoluer vers la multiperformance. C’est dans ce contexte que le CGSP a confié à l’Inra la réalisation d’une étude afin de déterminer les possibilités d’évolution de l’agriculture française vers des systèmes de production agricole plus durables. L’objectif était d’analyser les marges de progrès offertes, d’une part, par les systèmes de production dits “biologiques” et, d’autre part, par les systèmes de production dits “conventionnels”, au travers de deux questions :

  • Comment rendre l’agriculture biologique plus productive et plus compétitive ?
  • Comment organiser la transition de l’agriculture conventionnelle vers une agriculture plus durable ?

La transition à grande échelle des exploitations françaises vers la multiperformance exige des changements majeurs. Dix ans ne sont pas de trop pour réussir une telle mutation de la ferme France.

Auteurs : Dominique Auverlot, Géraldine Ducos et Aude Teillant, département Développement durable

L'agriculture biologique en débat

L'étude « Comment rendre l’agriculture biologique française plus productive et plus compétitive ? », réalisé par des chercheurs de l’INRA pour le CGSP et publié le 14 octobre dernier, est au cœur d’une controverse. Un collectif de chercheurs a adressé fin décembre à l’INRA une note argumentée, à laquelle la structure a également répondu ; ces échanges sont disponibles en téléchargement sur cette page. Plusieurs rendez-vous sont programmés entre signataires, INRA et CGSP, notamment dans le but de définir le dispositif à mettre en œuvre pour conduire une réflexion collective sur l’agriculture biologique.