Back to
Actualités
Publié le
Vendredi 16 Septembre 2016
Pénétrer dans les salles de conférence, contempler la façade et admirer la vue ...
L'Hôtel de Vogüé
dsc_0202.jpg

dsc_0202.jpg, par Thierry Maro

France Stratégie quitte son siège historique du 18 rue de Martignac, berceau du Plan depuis 1946. À cette occasion, on vous propose de (re)découvrir une grande partie de notre histoire l'hôtel de Vogüé. Il symbolise en effet à lui seul une grande partie de notre histoire ! Partez à la découverte des secrets du 18 rue de Martignac.

Bonne visite !

 

Architecture extérieure

 

La cour d'honneur

Fruit de la rencontre entre un amateur avisé et un architecte expérimenté, cet édifice construit en 1882 est représentatif de l’architecture Belle Époque qui fleurit de la fin du XIXe siècle à 1914. Ernest Sanson trouve ici l'occasion d'affirmer son style. Les plans agencent de chaque côté d'une cour d'honneur un corps de bâtiment dans la tradition classique et des écuries tracées selon un dessin incurvé.

Facade Hdv .jpg

Facade Hdv .jpg, par Thierry Maro

 

La façade sur cour

La façade d'entrée, percée de hautes fenêtres au premier étage, est décorée de refends, de mascarons et d'un grand fronton brisé.

 

fronton.jpg

fronton.jpg, par Thierry Maro

Le grand fronton brisé

Les refends sont ces lignes horizontales creusées sur le parement qui simulent les joints d’assise. Des mascarons à figure humaine apposés sur la clef de voûte des arcs de fenêtres ont à l’origine pour fonction d’éloigner les mauvais esprits. Par ailleurs, cette façade sur cour se compose d’un grand fronton brisé orné par un motif en forme de vase. Enfin, l’entrée est agrémentée d’une marquise métallique, auvent vitré situé au-dessus de la porte destinée à abriter.

 

Marquise.jpg

Marquise.jpg, par Thierry Maro

La marquise métallique

 

Le commanditaire de cet hôtel particulier est Arthur de Vogüé qui partageait sa vie entre le château de Commarin (en Côte-d’or) dont il était le maire de la commune et membre de la commission des Antiquités de la Côte-d’or et Paris. Il y venait tous les ans entre janvier et mars. C’est pourquoi, il y fait construire cet hôtel par l’architecte, Ernest Sanson, architecte français né en 1836 et mort en 1918. Son style est la construction de demeures élégantes, inspirées des meilleurs modèles classiques, mais confortables et pourvues de tout le confort moderne.

 

facade2.jpg

facade2.jpg, par Thierry Maro

Un mascaron

 

Les écuries

La présence des écuries témoigne d’une volonté de tenir son rang et de recevoir. Leur caractère bruyant et malodorant a obligé l’architecte à les placer au plus loin du logis principal. Le nombre de stalles montre la richesse et l’importance du propriétaire. L’écurie de l’hôtel de Vogüé en compte cinq, ainsi qu’une remise pour cinq voitures : encombrantes et fragiles, elles ne peuvent rester dehors.

 

Ecurie vue haut .jpg

Ecurie vue haut .jpg, par Thierry Maro

 

Architecture intérieure

Entrons dans maintenant dans l’hôtel, par l’entrée « noble » et découvrons leur lieu de vie.

Le vestibule

 

dsc_0086.jpg

dsc_0086.jpg, par Thierry Maro

L'entrée de France Stratégie

 

L'aménagement intérieur a bénéficié de toute l’attention de l'architecte. Sanson s’est inspiré notamment de l'escalier du Grand Séminaire d'Orléans, érigé sous Louis XV, et des lambris des hôtels d'Argenson et de Soubise. L’hôtel de Vogüé est une construction s’articulant autour d’un sous-sol, d’un rez-de-chaussée et de trois étages. Il comprend de nombreuses commodités : au sous-sol, caves à vins, caves à charbon ; au rez-de-chaussée, cuisine, laverie, garde-manger ; au 3e étage, lingerie (à découvrir en photo un peu plus loin).

 

hall.jpg

hall.jpg, par Thierry Maro

Le hall

 

Un peu d'histoire

sans_titre-4.jpg

 

Après la Première Guerre mondiale, l’ancien hôtel d’Arthur de Vogüé devient la propriété du comte Pierre-Joseph-Augustin de Montaigu qui épousa Marie-Louis-Caroline de Wendel. Celle-ci en fit dotation à l’État en 1941. Il accueillit dès lors le secrétariat du ministère de la Guerre, puis en 1946 le Commissariat général du Plan dont Jean Monnet est le premier à occuper la fonction de Commissaire au Plan, à partir de 2006 le Centre d’analyse stratégique et, enfin en 2013, France Stratégie

 

1878 - Acquisition du terrain par le Comte Marie Laurent Charles Arthur de Vogüé et Marie Adèle Herménégilde de Contades

1882-1883 -  Construction de l’hôtel par l’architecte Ernest Sanson

1890 - Publication des plans dans la revue l’Architecture

1891 - Acquisition de l’hôtel par le Comte Pierre-Augustin-Joseph de Montaigu

1927 - Succession à la veuve Montaigu

1928 - Succession de l’hôtel à Caroline de Wendel, veuve Montaigu et donation à ses enfants

1941 - Cession du 16 et 18 rue de Martignac à l’Etat (secrétariat à la Guerre). Regroupement des deux hôtels particuliers.

1946 - Commissariat général du Plan

2006 - Centre d’analyse stratégique

2013 - Commissariat général à la stratégie et à la prospective - France Stratégie

 

Jean Monnet - (1888-1979)

Jean Monnet et ses collaborateurs (l'équipe du Plan)

Homme d'État français, il fut l'un des artisans de la victoire des Alliés durant la Seconde Guerre mondiale, l’initiateur de la planification à la française et l’un des principaux fondateurs de l'Union européenne, considéré à ce titre comme l'un des pères de l'Europe.
À la Libération, nommé commissaire au Plan en décembre 1945, poste qu’il occupera jusqu’en 1952, il est chargé d’élaborer le plan de relance de l'économie.

 

Pour aller plus loin :

De la planification à la française à France Stratégie

Présentation de France Stratégie

Découvrez l'équipe de France Stratégie

1946 - 2016 : Du Plan à France Stratégie par Jean Pisani-Ferry, Commissaire général de France Stratégie.

 

Le grand escalier d'honneur

Au XIXe siècle, ce vestibule était clos. Les seules issues étaient donc la porte d’entrée et le grand escalier d’honneur. Ainsi, la partie noble était bien distincte de la partie des communs réservée aux personnels du service. Aucun contact entre le service et les invités de la maison ne pouvait avoir lieu. 

 

dsc_0061.jpg

dsc_0061.jpg, par tmpierre

 

Le grand escalier était celui des maîtres et de leurs invités et monte au « bel étage ». C’est un espace de démonstration sociale. Toutefois, cet hôtel est aussi équipé d’un petit escalier, qui dessert la maison de fond en comble, entresols compris. Aujourd'hui encore il facilite les déplacements quotidiens lors de conférence au 1er étage.

 

3572.jpg

3572.jpg, par tmpierre

 

dsc_0025.jpg

dsc_0025.jpg, par tmpierre

 

dsc_0032.jpg

dsc_0032.jpg, par tmpierre

 

Le hall de l’hôtel de Vogüé expose sa table de travail en chêne massif commandée par Jean Monnet à un artisan de Charente. Réalisée dans un chêne entier, vraisemblablement en 1948 ou 1950 selon la tradition orale, elle a récemment été restaurée et vernie, recouverte d’un plateau en verre, avant d’être exposée.

 

2772.jpg

2772.jpg, par Thierry Maro

Le bureau de Jean Monnet

 

Le 1 er étage - Les salles d'apparat

Le palier était l’antichambre qui desservait la salle à manger, le grand Salon (Salle Guillaumat), le petit salon (Salle Pierre Massé) et le cabinet de travail du maître des lieux (Salle Joliot-Curie). Ce palier dessert également l’escalier particulier qui relie le premier et le deuxième étage de l’hôtel.

 

2572.jpg

2572.jpg, par tmpierre

 

2372.jpg

2372.jpg, par tmpierre

 

8672.jpg

8672.jpg, par tmpierre

Le palier du 1er étage

 

La salle Joliot-Curie

La salle Joliot-Curie était donc le cabinet de travail de la maison qui a pu être le théâtre de lecture solitaire, de négociations avec des créanciers…

Comme vous le voyez la salle était équipée de deux moyennes bibliothèques qui renfermaient les ouvrages des propriétaires ; d’une belle cheminée. Cette salle a également abrité les négociations en vue de la réalisation du Plan Schuman en 1950. Aujourd’hui elle est le théâtre de rencontre, de réunion, de colloque…

dsc_0018.jpg

dsc_0018.jpg, par Thierry Maro

 

La salle Pierre Masset

La salle Massé était le petit salon. Très petit par la taille aujourd’hui, c’est une salle de réunion où s’organisent tous les lundis, les comités de direction de France Stratégie.

 

2172.jpg

2172.jpg, par tmpierre

 

La salle Guillaumat

La salle Guillaumat était le Grand Salon. La salle de réception dans laquelle allaient les invités et leurs hôtes après s’être repus d’un bon souper qu’il partageait dans la salle à manger au XIXe s (aujourd'hui salle Jean Monnet). Les boiseries du grand salon au 1er étage étaient prévues pour être de style Louis XIV. Cependant, la réalité fut autre. La réutilisation de « boiseries anciennes », appartenant au propriétaire des lieux, pour décorer des maisons neuves ou par mesure de sauvegarde était en effet monnaie courante.

 

2272.jpg

2272.jpg, par tmpierre

 

5872.jpg

5872.jpg, par tmpierre

 

« Les éléments en la possession du propriétaire justifiaient,
au reste, le cadre qui nous fut imposé. En effet, une boiserie de
cette époque, provenant de l’hôtel de Dijon, bijou renaissance,
où elle semblait égarée nous fut désignée pour la décoration
du grand salon ; si nous y ajoutons un très beau mobilier et des
tapisseries, héritage de la famille, on comprendra facilement
la pensée de vouloir créer un tout harmonieux.
Cette renaissance des époques qui nous ont précédés est
moins, dans les grandes familles, l’objet d’un caprice que la
satisfaction donnée au désir de faire revivre et perpétuer de
pieux souvenirs, et enfin, de mettre en valeur, dans leur
atmosphère, des richesses échappées aux révolutions. »
Ernest Sanson dans L’Architecture, 1890, n° 43, p. 518-520

 

5972.jpg

5972.jpg, par tmpierre

 

La salle Jean Monnet

La présence de la salle à manger marque un progrès dans la spécialisation des fonctions et une sédentarisation de l’art de dîner (déjeuner) ou de souper (dîner). Auparavant, selon les époques, la table était dressée sur des tréteaux dans la salle principale, dans la chambre ou l’antichambre, au gré des envies et des besoins.

 

5472.jpg

5472.jpg, par tmpierre

 

dsc_0004.jpg

dsc_0004.jpg, par tmpierre

 

Le 2 ème étage

 

Le balcon et palier 2ème étage

L’hôtel de Vogüé possède également un escalier particulier entre le premier et le deuxième étage. Escalier d’apparat, il permet au comte et à la comtesse d’accéder directement aux pièces de réception depuis leurs chambres. La balustrade, dessinée droite par
l’architecte, est finalement réalisée de façon arrondie.

 

dsc_0008.jpg

dsc_0008.jpg, par tmpierre

 

dsc_0033.jpg

dsc_0033.jpg, par tmpierre

Vu sur le palier du 1er étage depuis le balcon lors de la remise du rapport Combrexelle.

 

Le bureau du Commissaire - les appartements de Monsieur

Au XIXe siècle, cet endroit formait les appartements de Monsieur le comte : sa chambre qui est aujourd’hui le bureau du Commissaire général. Son cabinet de toilette était à côté, aujourd'hui transformé en bureau pour le secrétariat de direction.

 

dsc_0030.jpg

dsc_0030.jpg, par tmpierre

 

dsc_0036.jpg

dsc_0036.jpg, par tmpierre

 

dsc_0187.jpg

dsc_0187.jpg, par tmpierre

La galerie des Commissaires

 

Le bureau du Commissaire adjoint - Les appartements de Madame

Ces appartements étaient composés quant à eux de la chambre de Madame la comtesse, de ses armoires, d’un cabinet de toilette et d’une salle de bains. Ils sont aujourd’hui le bureau du Commissaire général adjoint. Ce bureau offre une belle vue sur la cour et sur les écuries.

dsc_0018.jpg

dsc_0018.jpg, par tmpierre

 

dsc_0031.jpg

dsc_0031.jpg, par tmpierre

 

dsc_0026.jpg

dsc_0026.jpg, par tmpierre

 

Exemple de transformation de hôtel particulier en centre de prospective.

Cette pièce était au XIXe siècle une chambre entre celles de Monsieur le comte et Madame la comtesse et celles des domestiques. Depuis les années 50 jusqu’à aujourd’hui c’est un bureau du département Économie (ancienne chambre du 2eme étage entre les appartements de Madame et celle des domestiques)

 

dsc_0199.jpg

dsc_0199.jpg, par tmpierre

Découvrez dans cette vidéo avec Mme Marie-Françoise Le Guilly du département Économie et Annie Curry du département reprographie comment on travaillait à l’époque du Plan.

 

Du Plan à France Stratégie, par jmroulle

 

Les insolites de l'hôtel de Voguë

Les sous-sols renfermait un office, un garde-manger, une cuisine sur cour, une salle pour la vaisselle et des cave à vin et à charbon. Aujourd’hui cet endroit est l’imprimerie de France Stratégie et où ce sont imprimés les Plans quinquennaux élaborés par le commissariat général du Plan en 1946 et 1992.

 

dsc_0133.jpg

dsc_0133.jpg, par tmpierre

L'imprimerie

 

dsc_0116.jpg

dsc_0116.jpg, par tmpierre

La cave

dsc_0121.jpg

dsc_0121.jpg, par tmpierre

La cave

 

dsc_0112.jpg

dsc_0112.jpg, par tmpierre

Le grenier transformé en archives

Date de publication: 
Lundi 27 Mars 2017
Date de publication: 
Vendredi 16 Septembre 2016