Back to
Événements
Publié le
Vendredi 22 Mai 2020
Jeudi 04 Juin 2020
16h00 à 17h30
France Stratégie a lancé début février 2020 un séminaire sur les “Soutenabilités” afin d’explorer les conditions dans lesquelles l’action publique pouvait aborder de front et de manière systémique, la pluralité des “insoutenabilités” qui se font jour sur différents plans (environnemental, social, démocratique, économique, territorial, etc.). Ce cycle de séminaires, prévu pour se déployer jusqu’en 2021, a été remanié par la crise du Covid 19.

En particulier un appel à contributions  pour un « après » soutenable organisé autour de sept axes thématiques[1] et les différentes séances initialement prévues ont été reprises en les articulant explicitement avec les enjeux nouveaux imposés par la crise sanitaire, et la crise économique et sociale qui s’annonce.

Après une première séance sur les « concepts et terrains » et une deuxième sur les indicateurs de soutenabilités dans les politiques, cette séance, séquencée en quatre temps, interroge la capacité des modèles à nous prémunir de l’insoutenable.

Les modèles sont emblématiques des outils construits pour refléter notre compréhension de la complexité du monde dans nos prises de décision. Ils ont été et sont toujours largement utilisés aujourd’hui pour appréhender différents enjeux de soutenabilités : le rapport du Club de Rome se fondait en grande partie sur des simulations de modèles pour démontrer la non soutenabilité du rythme de l’épuisement des ressources ; le GIEC s’appuie sur une multitude de scénarios issus de différents modèles climatiques et macroéconomiques ; le monde de la finance s’appuie largement sur des modèles pour évaluer les risques et anticiper les fluctuations ; les gouvernements évaluent ex ante l’impact de leur politiques économiques à l’aune de résultats de modèles macroéconomiques ; les épidémiologistes se réfèrent à des expérimentations « in silico » pour anticiper la propagation d’une épidémie et évaluer les effets potentiels d’instruments permettant de l’enrayer. Dans bien des domaines, ces outils ont d’abord été considérés comme relevant d’une expertise, ils constituent aujourd’hui des supports primordiaux d’aides à la décision. Il convient donc de s’interroger sur le rôle des modèles et scénarios, sur les acteurs qui les construisent et les utilisent, sur leurs caractéristiques et leurs limites intrinsèques, sur les hypothèses et les paradigmes sur lesquels ils reposent et in fine sur leur capacité à nous aider à penser le soutenable, à guider la décision et la fabrique des politiques publiques.

Aujourd’hui, le contexte d’urgence écologique, démocratique et sociale dans lequel s’inscrit cette séance, donne un regard particulier sur ces interrogations. Les incertitudes, les interdépendances, les intersectionnalités et la complexité du monde que ces modèles tentent d’embrasser rendent à la fois paradoxal et essentiel leur rôle de simplification et d’éclairage. 

Dans ce cadre, cette séance visera à définir dans quelle mesure les modèles, qui peuvent également prendre la forme de récits et de scénarios, permettent d’évaluer les risques d’insoutenabilités et les interactions qui pèsent sur nos sociétés ; cette séance visera également à identifier et comprendre les limites de ces outils à la fois dans leurs caractéristiques techniques, conceptuelles et idéologiques propres mais aussi dans leur usage pour guider les décisions publiques ou privées. 

Pour ce faire, nous souhaitons créer un dialogue entre les différents acteurs qui conçoivent et critiquent les modèles, les acteurs qui réfléchissent aux enjeux de soutenabilités et ceux qui sont des utilisateurs potentiels des résultats de ces modèles (organisations internationales, États, collectivités locales, entreprises, ONG, etc.) pour interroger : 

  • La pertinence des périmètres conceptuels des modèles et du cadre conceptuel global, voire des paradigmes, dans lequel ils s’inscrivent (méta-modèle) et par là la neutralité des modèles ;
  • La pertinence des hypothèses et des fondements théoriques sur laquelle ces modèles reposent ;
  • Le domaine de validité des concepts/mécanismes que ces modèles intègrent ;
  • Et enfin le rôle que jouent les modèles dans l’élaboration des politiques publiques. 

La finalité de cette séance est d’appréhender la capacité des modèles et des outils de modélisation à guider la décision publique et la fabrique de politiques publiques à l’aune des soutenabilités.

Cette séance se construit en quatre temps. La web conférence ci dessous, premier temps de cette séance, s’intéressera à l’utilité des modèles pour la gestion de crise et pour la prévention des risques, en lien avec la pandémie du Covid 19

Cette web conférence est suivie de trois podcasts qui aborderont chacun un aspect des questionnements liés aux modèles. Dans un premier temps, nous reviendrons sur le concept de modèle au travers d’une analyse épistémologique et historique de la modélisation (podcast n°1). Nous questionnerons ensuite la capacité à modéliser des (in)soutenabilités. Pour ce faire, nous “entrerons” dans les modèles utilisés dans des domaines différents, afin de faire émerger des problématiques générales (podcast n°2). Nous aborderons enfin la manière dont les modèles sont utilisés pour alimenter la connaissance nécessaire à la prise de décision et leur rôle dans l’élaboration des politiques publiques (podcast n°3). Chaque podcast est assorti de « points de vue » sur la base d’entretiens réalisés avec des chercheurs, penseurs et acteurs de la modélisation.


[1] Cet appel vise à animer la réflexion et recueillir les propositions pour préparer la sortie de crise et le modèle « d’après », pour faire émerger des pistes, des principes d’un modèle d’action publique, en intégrant une vision de long terme.

Compte rendu
Date de publication: 
Samedi 06 Juin 2020

Dans le but de contenir l’épidémie de Covid-19 et d’en maîtriser les conséquences, les décideurs en charge de la gestion de cette crise s’appuient sur des réponses souvent quantitatives à certaines questions pour définir les mesures à mettre en œuvre : quel sera le nombre de morts si l’on compte sur l’immunité collective ? De combien pourrait-on le réduire si on met en place des mesures de distanciation sociale ou un confinement généralisé ? Quels seraient l’impact économique et les risques sociaux de telles mesures ? Au-delà de la gestion de crise, il s’agit aussi d’orienter les décisions de long terme.

Cette web conférence a regroupé Frédéric Keck, directeur de recherche CNRS au Laboratoire d’anthropologie sociale, Xavier Timbeau, directeur principal de l’OFCE et Samuel Alizon, directeur de recherche CNRS au laboratoire Maladies infectieuses et vecteurs: écologie, génétique, évolution et contrôle (MIVEGEC) à Montpellier. Elle s’est intéressée à l’apport des modèles de tous types (épidémiologiques, économiques, sociologiques, climatiques, etc.) dans la compréhension des déterminants de la pandémie, de son évolution et de ses impacts, ainsi qu’au rôle que ces modèles peuvent jouer dans la gestion de crise et la prévention des risques futurs. Gilles de Margerie, commissaire général de France Stratégie, a introduit la séance.

La première partie a visé à interroger la capacité des modèles à nous éclairer durant une crise inédite telle que celle de la pandémie de Covid-19 et à orienter les décideurs dans leurs choix. Elle a invité également à interroger l’interface entre les sciences et l’expertise d’un côté, et la décision politique de l’autre.

La seconde a visé, quant-à-elle à prendre du recul et à interroger le rôle des modèles pour nous prémunir de tels risques. Dans quelle mesure peuvent-ils améliorer les capacités d’anticipation pour maîtriser les causes et les conséquences de telles épidémies ?

consulter la problématique détaillée

consulter le compte rendu de la séance


En podcasts

 

Épisode 1 - Les modèles, ce qu’ils sont, d'où ils viennent et ce qu'ils font

Pour en discuter, Julien Bueb, économiste de l'environnement à France Stratégie, reçoit Frédérique Aït-Touati, spécialiste de littérature comparée et d'histoire des sciences, docteur en littérature comparée, chargée de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et membre du centre de recherche sur les arts et le langage à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), et Franck Varenne, maître de conférence en épistémologie à l'université de Rouen, co-auteur du Dictionnaire critique de l'anthropocène, Modèles et modélisations et co-rédacteur des collectifs Modéliser & simuler. Épistémologies et pratiques de la modélisation et de la simulation.

 "Les modèles, ce qu’ils sont, d’où ils viennent et ce qu’ils font" - consulter le point de vue d'Amy Dahan

"Les modèle, ce qu'ils sont, d'où ils viennent et ce qu'ils font" - consulter le point de vue d'Anne-Charlotte Vaissière

"Les modèles, ce qu’ils sont, d’où ils viennent et ce qu’ils font" - consulter le point de vue d'Alexandre Monnin, Diego Landivar et Emmanuel Bonnet

'Les modèles, ce qu'ils sont, d'où ils viennent et ce qu'ils font" - consulter le point de vue de Jean-Marc Chomaz


Épisode 2 - Est-on capable de modéliser les (in)soutenabilités ?

Pour en discuter, Mathilde Viennot, économiste à France Stratégie, reçoit Henri Waisman, chercheur au sein du programme climat de l'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI), spécialiste des trajectoires de décarbonation et co-auteur du rapport spécial du GIEC de 2018 “1.5°C de réchauffement planétaire”, et Jean-Philippe Bouchaud, spécialiste de physique statistique, président et directeur de la recherche de la société Capital Fund Management, membre de l'Académie des Sciences et professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Innovation technologique Liliane Bettencourt ».

"est-on capable de modéliser les (in)soutenabilités ?" - consulter le point de vue d'Etienne Espagne

"Est-on capable de modéliser les (in)soutenabilités ?" - consulter le point de vue d'Alexandre Monnin, Diego Landivar et Emmanuel Bonnet

"Est-on capable de modéliser les (in)soutenabilités ?" - consulter le point de vue, Pierre-Yves Longaretti


Épisode 3 - L’usage de la modélisation : de l’expertise à la décision

Pour en discuter, Boris Le Hir, économiste à France Stratégie, reçoit Anne Épaulard, conseillère scientifique à France Stratégie et professeure à Paris Dauphine, Domenico Rossetti, chef d'unité adjoint à la direction générale de la recherche et de l'innovation à la Commission européenne et auteur du livre The power of science : Economic Research and European Decision-Making : The Case of Energy and Environment Policies, et Franck Lecocq, ingénieur général des Ponts, des Eaux et des Forêts, directeur du Centre international de recherche sur l'environnement et le développement (CIRED) et coordinateur d'un chapitre du prochain rapport d’évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), à paraître en 2021.

"L’usage de la modélisation  de l’expertise à la décision" - Consulter le point de vue d'Etienne Espagne

 "L’usage de la modélisation : de l’expertise à la décision" - Consulter le point de vue Gilles Salvat

"L’usage de la modélisation : de l’expertise à la décision" - Consulter le point de vue d'Anne-Charlotte Vaissière

"L’usage de la modélisation : de l’expertise à la décision" - Consulter le point de vue d'Yann Chazal

Tous nos travaux sur  :