Back to
Note d'analyse
Publié le
Mercredi 28 Octobre 2020
À eux seuls, l’extraction et le raffinage des métaux sont à l’origine d’un dixième des émissions mondiales de gaz à effet de serre, avec toutefois des variations considérables. Certains métaux rares ou précieux ont ainsi une très grande intensité en carbone : 20 600 tonnes de CO2 émises pour une tonne extraite et raffinée de platine, 5 100 tonnes de CO2 pour une tonne d’or, quand l’acier ne consomme que 2 tonnes de CO2 et l’aluminium 17. En volume, deux métaux concentrent l’essentiel des émissions : l’acier et l’aluminium produisent à eux seuls près des neuf dixièmes des émissions de CO2 des dix-sept métaux étudiés dans cette note.
Comment évaluer l’externalité carbone des métaux

Télécharger la note d'analyse – Comment évaluer l’externalité carbone des métaux

Télécharger les annexes de la note d'analyse – Comment évaluer l’externalité carbone des métaux

Ces chiffres permettent de calculer une valeur à l’externalité carbone des métaux, en réponse à un objectif fixé par la Feuille de route pour l’économie circulaire initiée par le gouvernement en 2018. Il en ressort deux principales conclusions. Premièrement, si on prend pour référence une taxe carbone de 57 euros par tonne — soit la valeur moyenne retenue par le rapport Stern-Stiglitz —, la prise en compte de cette externalité carbone renchérirait le prix de marché, toutes choses égales par ailleurs, de 25 % pour l’acier et de 60 % pour l’aluminium. Pour tous les autres métaux étudiés, le coût additionnel serait inférieur à 11 %, voire souvent inférieur à 5 % — à l’exception du magnésium (plus de 100 %). Deuxièmement, si on fait l’hypothèse que l’ajout d’un prix du carbone, sous forme d’une taxe ou du paiement d’un droit de type ETS [1], ne change rien au prix de vente, à la consommation, aux alternatives à l’emploi d’un métal donné, etc., le surcroît de coût serait généralement modeste, compte tenu des volumes produits. Font cependant exception l’aluminium et l’acier — et là encore le magnésium, sujet de moindre ampleur.

En raison des importants volumes produits, l’aluminium et l’acier sont responsables d’une grande partie des émissions de carbone liées au secteur de l’extraction et du raffinage : ils auraient logiquement à supporter l’essentiel d’une tarification du carbone. Cependant, l’attention doit porter sur l’ensemble des métaux, en vue de respecter les objectifs de l’Accord de Paris et de la Stratégie nationale bas carbone (SNBC). L’internalisation de l’externalité carbone pourrait ainsi conduire à une transformation substantielle de leur usage, favorisant la sobriété et l’économie circulaire.

na96_-_tab1_plan_de_travail_1.jpg
Type d'image: 
Libre
 

[1] Emission trading scheme (en français, système communautaire d’échange de quotas d’émission).

Les opinions exprimées dans ces documents engagent leurs auteurs
et n'ont pas vocation à refléter la position du gouvernement
.

Auteurs

julien_bueb.jpg
Type d'image: 
Libre
Julien
Bueb
Développement durable et numérique
Evelyne To
Tous nos travaux sur  :