Publié le jeudi 11 février 2016
Classe moyenne : un Américain sur deux, deux Français sur trois
Classe moyenne : un Américain sur deux, deux Français sur trois
Rien de comparable a priori entre les classes moyennes française et américaine. La première compte toujours deux Français sur trois quand la seconde connaît depuis quarante ans un phénomène marqué d’érosion. La crise de 2008 change néanmoins la donne. La classe moyenne française subit, depuis, un recul de ses effectifs et de son revenu médian. S’agit-il d’un simple repli conjoncturel ou de l’amorce d’un déclin sur le modèle américain ?

La classe moyenne américaine décroche

Définie comme l’ensemble des ménages dont le revenu avant impôts est compris entre deux tiers et deux fois le revenu médian, la classe moyenne est considérée tantôt comme vouée à disparaître dans une « société en sablier », tantôt comme pilier des sociétés modernes au cœur de l’adhésion démocratique.

L’aversion de la France aux inégalités explique le poids de sa classe moyenne : deux tiers de la population contre une moitié aux États-Unis où les inégalités, mesurées par le coefficient de Gini, sont 42 % plus élevées qu’en France en 2012. Qui plus est, l’érosion de la classe moyenne américaine est un phénomène ancien et marqué là où, en France, le mouvement ne s’amorce qu’en 2009. La classe moyenne perd 1,5 point de pourcentage en France entre 1996 et 2012 contre 3,6 points aux États-Unis. Les deux pays partagent en revanche une tendance franche : l’augmentation de la part des revenus détenue par les plus riches. Entre 1996 et 2012, elle a gagné 4 points en France pour atteindre 28,5 % et 5 points aux États-Unis où elle s’établit désormais à… 47,3 % ! Une évolution qui explique, s’il en était besoin, le plan « d’économie des classes moyennes » de Barack Obama. La comparaison cependant s’arrête là. La captation de la croissance par les hauts revenus est sans commune mesure outre-Atlantique. Les deux tiers de la croissance enregistrée entre 2002 et 2007 vont au top 1 %. Conséquence : le revenu médian connaît une augmentation d’à peine 2 % aux États-Unis sur la période 1996-2012 contre plus de 20 % en France.

Qui sont les Français de la classe moyenne ?

La probabilité d’appartenir à la classe moyenne en France varie très peu avec l’âge, même si en France et plus encore aux États-Unis les moins de 30 ans et les plus de 65 ans sont davantage représentés dans la classe des bas revenus que les âges intermédiaires. Le niveau d’éducation est en revanche un déterminant majeur dans les deux pays. En France en 2012, la probabilité d’appartenir à la classe moyenne est la plus forte pour les équivalents Bac + 2 (76 % contre 67 % dans la population générale) et celle d’appartenir aux hauts revenus pour les Bac + 3 et plus (30 % contre 10 %). Ces écarts sont plus marqués aux États-Unis, trahissant un « rendement de l’éducation » nettement supérieur. Sans surprise, il est préférable aux États-Unis comme en France d’être un couple marié, sans enfants pour appartenir aux hauts revenus et « avec » pour appartenir à la classe moyenne ! À l’opposé, les familles monoparentales sont surreprésentées dans la classe des bas revenus et leur situation se dégrade en France avec un recul de 3,5 points de leur probabilité d’appartenir à la classe moyenne entre 1996 et 2012. Dans une situation initiale moins favorable, le même recul de la classe moyenne est observé pour les personnes étrangères, mais en direction des bas revenus en France et des hauts revenus aux États-Unis.