Back to
Infographie
Publié le
Lundi 14 Janvier 2019
Le 24 mai 2018, Nicolas Prisse, président de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA), a demandé à la Plateforme RSE de proposer des mesures susceptibles d’encourager les entreprises à s’engager dans des démarches volontaires visant à prévenir et à réduire les consommations à risque d’alcool, de tabac et de stupéfiants.

Engagement des entreprises pour la prévention des conduites addictives (alcool, tabac, stupéfiants)

Les constats de la plateforme RSE

Les chiffres en France

Alcool

  • 49 000 décès par an
  • Près de 50 % des 15-75 ans déclare consommer de l’alcool au moins une fois par semaine
  • 10 % en consomme quotidiennement
  • 120 milliards d’euros (coûts sanitaires et sociaux)

Tabac

  • 73 000 décès par an
  • Plus de 30 % des personnes âgées de 15 à 75 ans déclare fumer
  • quotidiennement
  • 120 milliards d’euros (coûts sanitaires et sociaux)

La consommation sur le lieu de travail : 3 vecteurs

Importation de la vie privée du salarié

Acquisition

Sollicitations et facilitations du milieu professionnel

Adaptation

« Dopage » pour tenir au quotidien

L’entreprise comme lieu de sensibilisation, d’information, d’action

  • Assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs, une injonction législative art. L4121 du Code du travail
  • Impliquer tous les acteurs de l’entreprise (service de santé au travail, services sociaux, encadrement, représentants du personnel, salariés)
  • Esprit de concertation, d’accompagnement, de soutien VS Logique de répression et de sanction
  • Adapter la prévention à la taille et à la culture de l’entreprise

Les recommandations

Prévenir (plutôt que réprimer)

Veiller à ce que, dans les politiques publiques de lutte contre les addictions, la prévention prime sur la répression, et que cette orientation s’applique aussi aux obligations qui visent le monde de l’entreprise.

Réformer

Mener à bien la réforme de la médecine du travail et mettre en place des dispositifs de dialogue entre cette dernière et la médecine de ville.

Former

Intégrer la lutte contre les conduites addictives dans la formation initiale des futurs managers ainsi que dans la journée de formation suivie par les futurs responsables d’un point de ventre d’alcool ou de tabac.

Être attentif

Porter une attention particulière à la qualité de vie au travail des salariés et à la vulnérabilité des jeunes – stagiaires, apprentis, alternants – particulièrement exposés à ce risque.

Définir ensemble

Associer les parties prenantes (salariés, médecine du travail, CSE, DRH, managers) à la définition et à la mise en oeuvre des actions d’information et de prévention de l’entreprise.

Informer

Intégrer des cas concrets du monde professionnel dans les campagnes de santé publique contre les addictions, relayer dans l’entreprise ces messages et participer aux programmes d’actions des organismes de protection sociale.

Appliquer

Mettre en œuvre la « recommandation alcool » de l’ARPP et relayer les messages de prévention sur les unités de conditionnement de leurs produits.

Outiller

Mettre à disposition des entreprises des outils (guides, éthylotests, etc.) afin de prévenir les consommations à risque dans le cadre du travail.

Déclarer

Faire figurer dans les déclarations de performance extra-financière le montant des dépenses consacrées aux actions de lobbying auprès des élus et décideurs publics, ainsi que les positions fournies au débat.

À télécharger

Invalid Scald ID.

Tous nos travaux sur :