Back to
Note d'analyse
Publié le
Mardi 31 Août 2021
Au cours des années 2000, on a enregistré un net décrochage entre pouvoir d'achat perçu et pouvoir d'achat mesuré. Une des explications possibles de ce décalage serait liée au poids croissant des dépenses pré-engagées dans le budget des ménages. Ces dépenses correspondent à des dépenses engagées par contrat, difficilement renégociables à court terme, et faisant souvent l’objet d’un débit automatique : assurances, abonnements téléphone et Internet, loyers, remboursements d’emprunts, etc. Lorsque leur part est élevée, il devient plus difficile de faire face aux autres dépenses (alimentation, transport, habillement, restes à charge de santé, etc.).
Date de publication: 
Mercredi 13 Octobre 2021
NA 102 - Les dépenses pré-engagées : près d’un tiers des dépenses des ménages en 2017

Téléchargez la note d'analyse 102 - Les dépenses pré-engagées :
 près d’un tiers des dépenses des ménages en 2017

Depuis 2001, le poids des dépenses pré-engagées dans la dépense totale a augmenté de cinq points, passant de 27 % à 32 %. Ce poids s’est globalement alourdi de deux points entre les deux dernières enquêtes Budget de famille qui ont été exploitées ici (2011 et 2017), poursuivant la tendance constatée entre 2006 et 2011. La hausse concerne avant tout les dépenses liées au logement : loyers et charges d’une part, remboursements d’emprunts immobiliers de l’autre.

Le poids des dépenses pré-engagées dans la dépense totale dépend d’abord du niveau de vie. Il est plus lourd dans la dépense totale des ménages pauvres que dans celle des ménages aisés, et l’écart a beaucoup augmenté entre 2001 (6 points d’écart) et 2017 (13 points d’écart). Il est également beaucoup plus élevé pour les locataires ou les accédants à la propriété que pour les propriétaires n’ayant plus d’emprunt immobilier à rembourser. De fait, en moyenne, ces dépenses pré-engagées sont composées à presque 70 % de dépenses de logement (loyers, charges, remboursements d’emprunts). Elles sont donc particulièrement lourdes là où le prix du logement est élevé : en région parisienne et au centre des agglomérations.

Le revenu arbitrable, soit le revenu dont dispose le ménage après déduction des dépenses pré-engagées, vise à estimer le budget sur lequel le ménage peut vraiment faire des choix de dépenses à court terme. Les inégalités en termes de revenu arbitrable sont, en 2017, près de deux fois plus fortes que les inégalités en niveaux de vie.

NA 102 - Graphique 1 - Les dépenses pré-engagées
Type d'image: 
Libre

NA 102 - Graphique 1 - Les dépenses pré-engagées, par @Droits réservés

Téléchargez la note d'analyse 102 - Les dépenses pré-engagées :
près d’un tiers des dépenses des ménages en 2017

Les opinions exprimées dans ce document engagent leurs auteurs
et n’ont pas vocation à refléter la position du gouvernement.

Auteurs

Pierre-Yves Cusset
Pierre-Yves
Cusset
Société et politiques sociales
fs_d.trannoy.jpg
Type d'image: 
Libre
Alain
Trannoy
Economie
Ana Gabriela Prada Aranguren, stagiaire, Société et politiques sociales