Back to
Événements
Publié le
Jeudi 06 Février 2020
France Stratégie a lancé un séminaire transversal portant sur les enjeux de soutenabilités.
Compte rendu

Visant à créer un cadre adéquat pour permettre la prise en compte des défis systémiques et de long terme dans les politiques publiques, il associera, tout au long de son déroulement, l’ensemble des participants qui souhaitent s’y impliquer.

Chercheurs de toutes disciplines, acteurs publics, privés ou associatifs, partenaires sociaux, chacun pourra s’engager et contribuer aux réflexions.

Cette « séance zéro » a eu pour vocation à créer une première discussion collective du projet de programme et à tisser des liens entre les participants.

Retrouvez ci-dessous le compte rendu écrit de cette séance.


« Soutenabilités » : une séance pour lancer la réflexion collective

Quels rapports entre un étal de viande sous cellophane, un immense porte-container et une centrale nucléaire en lisière de forêt ? Chacune de ces images nous est familière et pour autant recèle des ferments d’insoutenabilité, en raison de l’impact environnemental, social, territorial ou économique des pratiques qu’elle représente.

France Stratégie a choisi de lancer son séminaire de réflexion sur les soutenabilités en l’ancrant dans le concret de ce type d’images, parmi lesquelles on trouve également une foule assemblée filmant un concert avec des téléphones portables, un rond-point à l’entrée d’une ville moyenne désertifiée, une jeune aide-soignante portant assistance à une personne âgée ou encore un groupe d’hommes chenus, de dos, ceints de leur écharpe de maire.

Les cent vingt personnes présentes ce jeudi 6 février dans le « Lieu de la transformation publique » ont ainsi commencé par déambuler entre ces sept photos pour partager leurs réflexions sur les risques d’insoutenabilités nichés dans les situations quotidiennes liées à notre modèle de développement, et pour engager la discussion autour de questions structurantes : comment en est-on arrivé là ? cela peut-il tenir ? à quelles conditions peut-on rendre ces situations plus « soutenables » ?

Elles se sont ensuite rassemblées en demi-cercle autour de l’équipe du projet, composée d’agents des quatre départements de France Stratégie (économie ; développement durable et numérique ; travail, emploi et compétences ; société et politiques sociales) et de la Plateforme pour la RSE, qui a présenté le cadrage problématique du séminaire (voir ici) ainsi que le projet provisoire de programme des séances (voir ici).

Un va-et-vient du sectoriel au systémique

Gilles de Margerie, commissaire général, a d’abord explicité l’ambition de ce projet : repenser les politiques publiques dans une époque où les enjeux de soutenabilité de long terme, dans leur pluralité et leurs risques de contradiction, ne peuvent plus être laissés de côté. Il a souligné l’ambition de la démarche tout en mesurant les écueils qu’elle recèle ; mais cette part de risque est nécessaire au regard de l’importance des questions posées. Puis les différents membres de l’équipe ont exposé le parcours du séminaire, organisé en trois cycles et structuré par un va-et-vient entre le général et le particulier, entre le local et l’international, condition nécessaire pour ancrer l’approche systémique dans la diversité des secteurs.

Le premier cycle s’engagera dès le printemps par quatre séances transversales ouvertes, portant sur 1) la façon dont différents concepts (anthropocène, soutenabilité forte, résilience…) permettent d’engager des acteurs sur de multiples terrains (collectivités locales, organisations internationales, entreprises…) ; 2) les indicateurs qui permettent d’articuler plus ou moins bien différentes perspectives de soutenabilités ; 3) les outils de modélisation qui peuvent contribuer à une approche systémique de ces différentes interactions, et leurs limites ; 4) les controverses qui structurent aujourd’hui ces débats (rapport à la croissance, place de la technique, rôle des citoyens…).

Par la suite, au cours du cycle 2 qui débutera à l’automne, plusieurs séances de travail fermées seront organisées pour passer différentes thématiques de politiques publiques « au prisme des enjeux de soutenabilités » (santé, travail, espace…) ; autour d’un défi : comment penser des objets sectoriels dans une perspective systémique ?

Enfin, sur cette base, s’ouvrira début 2021 le cycle 3 du séminaire avec de nouveau une série de séances ouvertes, à visée prospective, destinées à recommander des « manières de faire » des politiques publiques (aux plans technique, prospectif, organisationnel, institutionnel), et à formuler des propositions, qui prennent aussi en compte la nécessité d’un imaginaire désirable de notre futur, en vue d’une action publique « soutenable » dans toutes ses dimensions.

Une ambition à concrétiser

La parole a ensuite été donnée aux participants pour qu’ils puissent partager leurs réactions, leurs attentes, leurs craintes, leurs mises en garde et leurs interpellations, mais aussi leurs propositions pour que le projet puisse être à la hauteur de ses ambitions – que tous reconnaissent très grandes. Parmi eux, se sont exprimées des personnalités d’horizons divers comme Michel Aglietta (Cepii), Yves Bamberger (Académie des technologies), Romain Beaucher (Vraiment Vraiment), Pierre Bertrand (École nationale des ponts et chaussées), Valérie Charolles (Mines-Télécom), Noémie Fompeyrine (Ville de Paris), Florence Jany-Catrice (Clersé), Bettina Laville (Comité 21), Dominique Libault (HCFIPS), Jacques-François Marchandise (FING), Myriam Mérad (CNRS-Dauphine), Michelle Nathan (CESE), Jean Pisani-Ferry, Julien Roirant (AgoraLab), Marie-Laure Salles-Djelic (Sciences-Po), Aurélie Seigne (CFDT), Bernard Stiegler (IRI), Sébastien Treyer (IDDRI), Jean-Luc Tavernier (INSEE) ou encore Hélène Valade (ORSE).

L’équipe du séminaire retient plusieurs messages clés de ces prises de parole :

  • Il est nécessaire de donner une dimension historique aux analyses qui seront formulées pour comprendre comment on en est arrivés là et pourquoi on ne s’en sort pas : quelles politiques menées, quels blocages institutionnels, quels « verrouillages sociotechniques » ?
  • Le questionnement du séminaire s’inscrit dans des enjeux de pouvoir, dans la mesure où il vise à transformer les cadres d’élaboration des politiques publiques. Sans occulter les choix politiques qui resteront à trancher, il s’agit d’outiller les citoyens et les décideurs publics pour qu'ils soient en capacité de tenir compte des enjeux de soutenabilités dans leurs décisions.
  • Il faudra maintenir un dialogue soutenu avec des acteurs de terrain (entreprises, collectivités, agents publics, corps intermédiaires et citoyens) qui mettent ou peuvent mettre en œuvre des politiques transversales au service des soutenabilités.
  • De même, au-delà de l’horizon franco-français, la perspective européenne et internationale devra être interrogée et intégrée tant dans les analyses que dans les propositions que nous porterons.
  • De manière similaire, il sera nécessaire de dépasser les tensions public/privé, pour se référer au triptyque public/privé/communs.
  • Sur la méthode, des outils de prospective radicale pourront être mobilisés ou développés, par exemple des « mises à l’épreuve » (stress tests) de politiques publiques au prisme des risques d’insoutenabilités, ou encore du design fiction.
  • Sur l’organisation de la démarche, il faudra veiller à ne pas perdre la dimension systémique conquise dans le cycle 1 lors de l’examen des objets de politiques publiques du cycle 2. Le degré de granularité des éléments étudiés et leur capacité à être interrogés de façon systémique devra faire l’objet d’une attention particulière.
  • Afin d’éviter de produire de « l’eau tiède », de s’enfermer dans une vision « œcuménique », il est attendu du séminaire qu’il adopte d’emblée la perspective de la « soutenabilité forte » (le refus de la substituabilité entre capital naturel et d’autres formes de capital), mais aussi qu’il assume la netteté des controverses tout au long de son parcours.

Enfin, de façon générale, un appel à la « radicalité » a été émis par plusieurs participants, suggérant par là qu’il fallait que les questions posées et les réponses étudiées ne s’arrêtent pas à la surface des phénomènes mais portent bien sur les ressorts structurels qui ont conduit notre modèle de développement dans certaines des impasses ou des limites qu’il rencontre aujourd’hui. Autrement dit, il est attendu du séminaire qu’il pense non seulement l’adaptabilité mais aussi la transformabilité de ce modèle, en passant donc par la définition d’un nouveau référentiel des politiques publiques.

L’ensemble de ces messages est d’ores et déjà travaillé par France Stratégie, qui s’efforcera d’en tenir compte et d’y répondre tout au long de ses travaux, en lien avec les acteurs qui sont prêts à s’engager dans la durée sur ce projet. La suite ? Le lancement du cycle 1 qui débutera par la séance « concepts et terrains », qui se tiendra le mardi 10 mars de 14h à 17h30 dans les locaux de France Stratégie.

Pour en savoir davantage : soutenabilites.francestrategie@gmail.com

Date de publication: 
Mercredi 19 Février 2020
Galerie média

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

1/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

2/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

3/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

4/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

5/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

6/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

7/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

8/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

9/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

10/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

11/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

12/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

13/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

14/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

15/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

16/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

17/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

18/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

19/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

20/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

21/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

22/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

23/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

24/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

25/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro

26/26

Séminaire Soutenabilités - Séance Zéro
Tous nos travaux sur  :