Back to
Rapport
Publié le
Vendredi 06 Mars 2020
La Plateforme RSE a été saisie par Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire afin qu’elle étudie la prise en compte de l’empreinte biodiversité des entreprises dans leur reporting extra-financier, identifie les bonnes pratiques qui pourraient être généralisées, et apporte des recommandations pour mobiliser les entreprises face à l’enjeu de préservation de la biodiversité.
Avis - Empreinte biodiversité des entreprises

Télécharger l'avis de la plateforme RSE : Empreinte biodiversité des entreprises

Le constat dressé en 2019 par la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) sur le déclin, sans précédent dans l’histoire humaine, de la biodiversité est un appel adressé à tous les acteurs, de toutes les régions du monde.

La Plateforme RSE est préoccupée par la dégradation importante de l’état de la biodiversité, tant en France métropolitaine que dans les Outre-mer et dans le reste du monde, mise en évidence par les scientifiques. L’ensemble des pouvoirs publics, de la société civile et des citoyens est invité à agir à tous les niveaux pour faire face à cette extinction massive des espèces, conséquence directe de l’activité humaine.

Les entreprises doivent faire leur part dans les défis majeurs à relever et prendre en considération leurs impacts sur la biodiversité. C’est consciente des enjeux et du fait qu’il ne peut y avoir d’entreprise, d’économie ou de société humaine sans biodiversité, que la Plateforme RSE a répondu à la saisine.

Pour y répondre, la Plateforme RSE a constitué un groupe de travail qui a mené dix auditions pour élaborer un diagnostic et des propositions. En s’appuyant notamment sur les pratiques des entreprises et les outils disponibles, elle adresse ses recommandations au gouvernement, aux entreprises et à leurs fédérations, aux investisseurs et aux acteurs de la recherche.

Date de publication: 
Vendredi 13 Mars 2020
Tous nos travaux sur  :