Pauvreté et numérique

Back to
Date de publication: 
Mercredi 19 Avril 2017
Jeudi 04 Mai 2017
13h00
France Stratégie organise avec l’EHESS et Inria un cycle de débats mensuels « Mutations sociales, mutations technologiques » qui rassemble des personnalités de la décision publique, de la recherche, du monde associatif ou économique, pour débattre des avancées technologiques et des transformations sociales motrices ou résultantes de ces innovations.

Impôts, Pôle emploi, Caisse d’allocations familiales… les outils numériques se généralisent pour l’accès aux services publics, alors que près de 90 % de la population a accès à internet et 65 % est équipée de smartphones. Mais que se passe-t-il pour les millions de personnes qui n’ont pas accès au numérique, alors qu’elles sont souvent les plus dépendantes à ces services ? Les outils numériques sont-ils un facteur d’exclusion supplémentaire ou peuvent-ils au contraire aider les populations les plus fragiles ?

L’enjeu de l’insertion numérique est notamment celui de l’accès aux droits or ces dernières années ont vu s’accélérer la dématérialisation des services publics. Cette transformation a pu simplifier la vie pour certains mais tous les publics ont-ils bien été pris en compte ? N’y a-t-il pas des laissés-pour-compte dans ce mouvement ?

Le numérique permet des gains de productivité dans la gestion des processus. Comment se fait le redéploiement des moyens humains libérés ? Quelles sont les stratégies des différents services publics sur le sujet ? Quelle est la place à venir de l’accueil physique et son articulation avec les autres modalités de contact ?

Dans les questions d’inclusion numérique, quelle est la place de l’État ? Les organisations comme Emmaüs Connect et WeTechCare viennent-elles en pallier les carences ou constituent-elles une nouvelle forme d’intervention des acteurs publics et privés ?

Quelles sont les expériences locales en matière de relation entre les usagers et les administrations ? Comment adapter la fourniture des services publics ? Comment mesurer les compétences numériques et penser des réponses territoriales adaptées aux publics ?

La rencontre, « Pauvreté et numérique », sera introduite par Pierre Mazet, chercheur à l’Observatoire des non-recours aux droits et services, Maison des Sciences de l'Homme-Alpes, et Jean Deydier, directeur de WeTechCare et d'Emmaüs Connect.

INTERVENANTS

Jean DEYDIER
Après une carrière de dirigeant d’entreprise dans le secteur des nouvelles technologies, Jean Deydier s'engage au sein du Mouvement Emmaüs dans la création de projets sociaux innovants. Son leitmotiv : faire du numérique une chance pour tous à l’heure de la dématérialisation. En 2013, il fonde Emmaüs Connect, une association œuvrant pour aider les publics fragiles à accéder aux services numériques essentiels et à gagner en autonomie. En 2016, il crée la start-up sociale WeTechCare, développant des solutions d’inclusion innovantes grâce aux nouvelles technologies. Il dirige aujourd’hui ces deux structures-sœurs qui agissent en complémentarité pour permettre à chacun à trouver sa place dans la société dématérialisée.

Pierre MAZET
Diplômé de l’Institut d’études politiques de Lyon (2003) et de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (Philosophie, 1999), Pierre Mazet est chargé d’études à l’Observatoire des non-recours aux droits et services (ODENORE) et chercheur associé au laboratoire Pacte, à la Maison des Sciences de l'Homme-Alpes, à Grenoble. Ces travaux de recherche portent sur l’accès aux droits sociaux et non-recours, sur l’évolution des politiques sociales et du système de sécurité sociale et sur la sociologie de la précarité. Il est notamment l’auteur de « Les tarifs sociaux de l’énergie : les pauvres doublement pénalisés », publié en 2012 dans l’ouvrage collectif L’envers de la fraude sociale, le scandale du non recours, aux éditions La Découverte.


Contact - Lionel Janin - mutmut@pm.gouv.fr

Compte rendu

Comment dématérialiser sans exclure, quand cinq millions de personnes en France cumulent précarités sociale et numérique ? C’était l’objet du dernier débat du cycle Mutations sociales, mutations technologiques, organisé avec l’EHESS et Inria, le 4 mai 2017.

Le podcast de la séance : Pauvreté et numérique

Le service en ligne a remplacé le guichet. Désormais pour s’inscrire ou se réinscrire à Pôle emploi, demander une allocation familiale ou consulter ses remboursements d’assurance maladie, la première étape consiste à se créer un espace personnel sur les sites dédiés des e-administrations concernées. Or la démarche suppose, au-delà des moyens matériels d’accès (ordinateur ou smartphone, adresse e-mail), des compétences numériques qu’un Français sur cinq ne maîtrise pas...

Exclus numériques

Pensée comme un vecteur de simplification, la dématérialisation des services publics (l’e-administration) était censée réduire le non-recours aux droits, donc l’exclusion sociale. Or « sur le terrain, elle semble produire l’effet inverse », explique Pierre Mazet, chercheur à l’Observatoire des non-recours aux droits et services. « La dématérialisation se heurte à la fracture numérique. »

Un constat largement confirmé par les statistiques disponibles. 15 % des adultes se disent notamment incapables d’entreprendre des démarches administratives en ligne, même avec de l’aide, selon le baromètre 2016 du numérique – une étude de l'Arcep, du Conseil général de l'économie et de l'Agence du numérique. Parmi eux, il y a ceux qui n’ont jamais utilisé Internet – 12 % des Français contre 6 % des Suédois selon Eurostat – et ceux, bien plus nombreux encore, qui, bien qu’ayant un accès au web, rencontrent des difficultés « pour accomplir des démarches administratives courantes » – 20 % des usagers et une personne sur quatre parmi les publics précaires, selon une étude du Défenseur des droits.

Jeunes sans diplôme, ménages à bas revenus, personnes handicapées, âgées, illettrées ou ayant de grosses difficultés linguistiques forment le gros du bataillon d’après Emmaüs Connect. Un ensemble hétérogène de « mal connectés » que Jean Deydier, directeur d’Emmaüs Connect et de WeTechCare, divise en trois catégories selon leur degré de disqualification numérique et donc leur distance à l’autonomie. Il y a d’abord les « publics proches » : ils sont capables d’autonomie mais ne font pas confiance au numérique. Il y a ensuite les « publics éloignés » qui peuvent parvenir à l’autonomie moyennant un temps d’apprentissage et d’accompagnement. Et puis il y a « les exclus », notamment les très âgés et les illettrés pour lesquels il n’y a pas d’autre solution que de « faire à la place de ». Trois catégories auxquelles Pierre Mazet ajoute celle des « invisibles », par définition indénombrable, « ceux qui ne sollicitent personne et se retrouvent en rupture de droits parce qu’ils ne savent pas faire ».

Bilan : « Le risque d’aggravation des situations de non-recours est très réel » alerte Pierre Mazet, avec un effet d’isolement redoublé quand se cumulent précarité sociale et précarité numérique. La dématérialisation n’a pas été suffisamment portée par l’État. Les services publics en ligne (avec des prestations parfois entièrement dématérialisées comme la prime d’activité) n’ont pas été pensés dans une logique d’accompagnement et de progressivité tenant compte du niveau de maîtrise des outils et des usages numériques de tous les publics – en particulier des ayants droit les plus précaires. Avec ce défaut d’anticipation et de portage, la dématérialisation ajoute finalement de la difficulté à la difficulté.

Simplifier… vraiment

Que faire ? Si l’on en croit le baromètre 2016 du numérique, d’abord accompagner – 28 % des usagers enquêtés veulent prioritairement de l’aide et de l’accompagnement dans des lieux de proximité pour apprendre à réaliser les démarches par eux-mêmes – et ensuite simplifier – 27 % souhaitent que soient mis à disposition des sites « plus simples à utiliser ».

Une demande visiblement entendue, comme le souligne Laure de la Bretèche, secrétaire générale pour la modernisation de l’action publique (SGMAP). Illustration : le site mes-aides.gouv.fr qui donne à l’usager la possibilité d’évaluer ses droits à vingt-cinq aides sociales, grâce à un court questionnaire, puis un accès aux démarches pour chaque prestation. Autre initiative emblématique, sur le versant accompagnement cette fois : La boussole des droits. Le site permet aux jeunes à la recherche d’un emploi ou d’un logement d’obtenir un rendez-vous avec un professionnel sous sept jours. Portée par la Direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative, l’initiative est partie du constat que 80 % des jeunes interrogés, quoique connectés, peinaient à trouver la bonne information en ligne et souhaitaient un échange.

Attention, cela dit, à ne pas imputer à la dématérialisation une complexité qui relève en réalité du droit lui-même. En la matière, un vrai levier de simplification consisterait déjà à mettre en réseau des administrations qui, pour l’heure, restent extrêmement cloisonnées. En témoigne : l’échec de l’expérimentation du dossier unique de demande simplifiée de prestations sociales. Et si France Connect est souvent présenté comme un embryon de dispositif d’interconnexion, la Belgique par exemple est bien plus avancée, remarque Pierre Mazet, puisqu’elle dispose déjà d’une plateforme qui permet aux différentes institutions pourvoyeuses de droits sociaux de s’échanger des informations. De là, on pourrait imaginer un déclenchement automatique d’attribution de droits lorsque l’usager remplit les conditions. Une voie sûre (de la connectivité) pour réduire le taux de non-recours !

Un travail de fourmi

En attendant, c’est au niveau local, et avec l’aide de bénévoles la plupart du temps, que s’organise concrètement « le traitement social de l’accès à Internet ». Et Jean Deydier d’expliquer comment travaille WeTechCare. Sur l’axe des contenus pédagogiques d’abord, en mobilisant les opérateurs pour créer des interfaces plus simples, « des téléprocédures pas à pas » (Pôle emploi) et « des systèmes tremplin » (autocorrecteurs) permettant l’apprentissage. Sur l’axe de l’accompagnement ensuite, en faisant éclore des « lieux de soutien » (à la Banque postale, dans les bibliothèques de quartier, les missions locales, etc.). Sur l’axe stratégique enfin, en élaborant pour le compte des départements ou des métropoles qui sollicitent WeTechCare des diagnostics et des plans d’action pour l’inclusion numérique – à Grenoble, Saint-Denis ou encore dans le Nord-Pas-de-Calais.

Un travail de fourmi qui, faute de moyens suffisants, n’épuise pas le problème. Pourtant, « l’inclusion numérique est devenue une urgence sociale », alerte Jean Deydier. Et c’est en outre « un investissement extrêmement intéressant », précise-t-il. Une étude du cabinet de consultants Booz and Company estimait en 2012 que le rattrapage numérique de l’ensemble de la société britannique pourrait rapporter quelque 63 milliards de livres à l’économie nationale…

Avec la dématérialisation accélérée des services publics, nous sommes passés de la fracture à l’exclusion numérique. L’autonomie numérique des personnes n’est plus seulement une question d’équité mais un véritable enjeu pour l’accès aux droits.

 

Céline Mareuge

Galerie média

Pauvreté et numérique

1/3

Pauvreté et numérique

Pauvreté et numérique

2/3

Pauvreté et numérique

Pauvreté et numérique

3/3

Pauvreté et numérique