Back to
Événements
Publié le
Vendredi 28 Mai 2021
Vendredi 28 Mai 2021
09h30 à 12h30
États d’urgence, confinement, couvre-feu, télétravail, quarantaine…, la crise sanitaire a ébranlé notre rapport individuel au temps mais a également été l’occasion d’une réflexion collective sur les tensions générées par l’accélération de nos modes de vie. Elle a vu l’État reprendre la main de façon radicale sur l’organisation des temps, accentuant de ce fait certains brouillages, entre vie professionnelle et vie privée notamment.

Dans l’appel à contributions pour un “après” soutenable lancé en mars 2020 par France Stratégie, il ressortait une forme de consensus sur la nécessité de ralentir l’économie comme nos vies et de repenser notre rapport au temps, comme une réponse possible à l’urgence des défis sociaux, économiques, mais aussi environnementaux, qui s’imposent à nous. Ce qui apparaît comme une aspiration au ralentissement peut être compris comme un appel à une reprise en main individuelle et collective d’un temps qui semble s’échapper toujours plus vite. Ancien domaine d’action des politiques sociales, avec notamment le Ministère du temps libre dans les années 1980, le temps devrait-il redevenir un objet de politiques publiques à l’aune de ces enjeux actuels ?

Quel pourrait être le rôle des pouvoirs publics dans cette perspective ? Quelles politiques publiques du temps peuvent correspondre à une prise en compte des impératifs de soutenabilité ?

Pour éclairer cet enjeu, deux questions seront explorées dans cette séance :

  • comment articuler, sur l’ensemble du cycle de la vie, les temps de travail, de formation, d’activité non rémunérée ou de retraite, et les revenus qui y sont associés ?
  • comment déployer, à l’échelle d’un territoire, des politiques visant une meilleure gestion individuelle et collective des temps ?

Interviendront :

  • Jean-Yves Boulin, sociologue du travail et des temporalités, chercheur associé au laboratoire IRISSO de l’Université Paris-Dauphine ;
  • Philippe Couteux, secrétaire confédéral CFDT ;
  • Catherine Dameron, responsable du Bureau des temps de Rennes, ville et métropole ;
  • David Djaïz, directeur de la stratégie et de la formation à l’Agence nationale de la Cohésion des territoires (ANCT) ;
  • Elodie Hanen, directrice générale adjointe d’Île-de-France Mobilités ;
  • Ulrick Mückenberger, professeur à l’Université de Brême ;
  • Dominique Royoux, professeur de géographie à l’Université de Poitiers, anciennement directeur de l’Agence des temps de la Communauté Urbaine de Grand Poitiers ;
  • Jens Thoemmes, sociologue, directeur de recherche au CNRS, CERTOP, Toulouse ;
  • Michel Yahiel, directeur des politiques sociales, Caisse des Dépôts.

inscription en ligne

Tous nos travaux sur  :