Back to
Note d'analyse
Document de travail
Publié le
Jeudi 13 Janvier 2022
Dans quelle mesure les dynamiques sectorielles contribuent-elles à expliquer les différences de gains de productivité annuels entre pays et entre régions ?
NA 105 - Dynamiques sectorielles et gains de productivité - Image principale

Téléchargez la note d'analyse 105 - Dynamiques sectorielles et gains de productivité

Téléchargez l'annexe technique de la note d'analyse 105 - Dynamiques sectorielles
et gains de productivité

Téléchargez le document de travail - Analyse sectorielle et régionale de la croissance
de la productivité du travail dans les pays européens et aux États-Unis

Téléchargez les annexes du document de travail - Analyse sectorielle et régionale
de la croissance de la productivité du travail
dans les pays européens et aux États-Unis

L’analyse des données de la comptabilité nationale, décomposées en 37 secteurs et déclinées au niveau régional, aboutit à cinq conclusions.

Premièrement, la dynamique intrasectorielle est la principale source de gains de productivité et de leur variabilité dans le temps et entre territoires.

Deuxièmement, dans l’ensemble des pays analysés, l’emploi se déplace vers des secteurs qui affichent en moyenne des niveaux de productivité légèrement plus élevés mais dont la croissance de la productivité est plus faible, comme les secteurs d’activités scientifiques et techniques. Si à court terme ces mouvements accroissent les productivités agrégées, à long terme ils tendent à réduire la croissance. La France se caractérise par des mouvements intersectoriels de l’emploi plus faibles qu’ailleurs, mais l’effet sur la productivité de cette spécificité reste incertain.

Troisièmement, la France est le pays avec la plus forte concentration géographique des gains de productivité : une seule région, l’Île-de-France, affiche un taux de croissance de la productivité par tête supérieur à 1 % par an, contre six régions en Suède, cinq en Allemagne et en Espagne et deux au Royaume-Uni. Hors Île-de-France, les régions françaises restent toutefois plus homogènes en matière de productivité et de croissance que celles des autres pays européens.

Ensuite, la croissance et les divergences de productivité du travail des économies apparaissent principalement portées par les services, en raison de leur large poids dans l’emploi. En France, les gains de productivité sont portés par les activités scientifiques, techniques et administratives (essentiellement via la croissance de leurs effectifs), puis par le secteur du commerce, des transports et de l'hébergement-restauration (principalement via leurs gains de productivité et, dans une moindre mesure, la croissance de leurs effectifs), par la construction (principalement via la hausse des prix) et par les produits informatiques (essentiellement via leurs forts gains de productivité).

Enfin, en raison de niveaux et de gains de productivité élevés, la perte d’emploi dans l’industrie a contribué négativement à l’évolution de la productivité depuis le début des années 2000, malgré une inversion de tendance en fin de période. Seule l’Allemagne, avec une contribution continûment positive de l’industrie, fait exception. Plus que pour les divergences entre pays, la désindustrialisation joue un rôle important dans les divergences interrégionales.

NA 105 - Dynamiques sectorielles et gains de productivité - Graphique page 1

Les opinions exprimées dans ces documents engagent leurs auteurs
et n'ont pas vocation à refléter la position du gouvernement.

Auteurs

Pierre-Louis Girard
Type d'image: 
Libre
Pierre-Louis
Girard
Anciens auteurs de France Stratégie
Boris Le Hir
Type d'image: 
Libre
Boris
Le Hir
Economie
Dimitris Mavridis
Type d'image: 
Libre
Dimitris
Mavridis
Anciens auteurs de France Stratégie
Tous nos travaux sur  :