Back to
Note d'analyse
Publié le
Jeudi 07 Décembre 2023
La baisse du chômage ces dernières années et les tensions sur le marché du travail ont mis en lumière l'importance du lien entre qualité de l'emploi et attractivité des métiers. Déjà la crise sanitaire avait joué un rôle de révélateur avec les métiers « essentiels ». Mais comment mesurer cette qualité de l’emploi à l’échelle des métiers ? Dans la continuité de la mission récente sur les travailleurs de la « deuxième ligne » [1], cette note bâtit une typologie en six groupes de métiers selon leur configuration de qualité de l’emploi, en fonction de scores obtenus pour une série d’indicateurs − salaires, conditions d’emploi, conditions de travail, horaires, perspectives de carrière, représentation collective.
NA 130 - image pple 2

Téléchargez la note d'analyse 130 - Qualité de l’emploi : une question de métiers ?

Aucune configuration n’est idéale sur toutes les dimensions, ce qui rend difficile l’estimation d’une proportion d’emplois « de qualité », mais toutes les configurations ne se valent pas. Les deux premiers groupes, qui incluent les cadres et les professions intermédiaires du privé et du public, présentent des traits globalement positifs, même si certaines fragilités se font jour, notamment un travail intensif et sous pression pour les cadres. Trois autres groupes offrent une qualité de l’emploi moindre, avec des salaires plus bas, des trajectoires professionnelles peu favorables et une relative précarité de l’emploi. Cette dernière se cumule à des contraintes physiques pour le groupe comprenant les ouvriers de l’industrie et à de fortes contraintes horaires pour le groupe composé majoritairement des métiers peu qualifiés des services, le groupe des employés faiblement ou moyennement qualifiés demeurant relativement protégé sur ces deux aspects. Le dernier groupe réunit des métiers du care, de l’action sociale et de la sécurité, avec de fortes contraintes horaires mais des salaires et des perspectives de carrière relativement favorables.

Les salaires ne compensant pas une faible qualité de l’emploi, les améliorations ne pourront pas venir du seul levier de la politique salariale. Il faut agir aussi sur les types de contrats, la formation et les perspectives de carrière, les conditions de travail, avec des priorités qui varient selon les métiers et sont à décliner au niveau des branches. Parce qu’elle est souvent synonyme de satisfaction professionnelle et d’une capacité plus grande à exercer jusqu’à la retraite, la qualité de l’emploi est un levier d’attractivité des emplois et de progrès social. L’enjeu est double : améliorer le bien-être des salariés et assurer les capacités productives des entreprises.

NA 130 - Graphique page 1 - Décembre 2023

 


[1] Erhel C. et Moreau-Follenfant S. (2021), Rapport de la mission d’accompagnement des partenaires sociaux dans la démarche de la reconnaissance des travailleurs de la deuxième ligne, 19 décembre 2021.

Les opinions exprimées dans ce document engagent leurs auteurs
et n'ont pas vocation à refléter la position du gouvernement.

Auteurs

Vincent Donne
Type d'image: 
Libre
Vincent
Donne
Travail, emploi, compétences
Acher Elbaz, Travail, emploi, compétences
Christine Erhel, CNAM, LIRSA, CEET
Tous nos travaux sur  :