Back to
Note d'analyse
Publié le
Jeudi 05 Mars 2020
Avec les niveaux très bas des taux d’intérêt actuels, le débat sur les dettes publiques est relancé. Certains en déduisent que l’argent est « gratuit » et qu’il faut donc s’endetter massivement, en particulier pour financer les investissements indispensables à la transition climatique. D’autres rappellent que les taux d’intérêt peuvent augmenter à tout moment, et que les niveaux d’endettement sont déjà très élevés.
Taux bas : quelles implications pour la politique budgétaire ?

Télécharger la note d'analyse - Taux bas : quelles implications pour la politique budgétaire ?

Rappelons tout d’abord qu’il n’y a pas de consensus entre économistes sur un niveau de dette publique à ne pas dépasser : c’est plutôt sa stabilité qui importe (en pourcentage du PIB). Ensuite, un déficit public n’est pas synonyme de hausse de la dette en points de PIB. Dans le cas de la France, avec une dette proche de 100 % du PIB et une croissance nominale proche de 3 % par an, la dette exprimée en points de PIB n’augmente pas tant que le déficit public est inférieur à 3 %.

La forte baisse des taux d’intérêt depuis vingt ans a créé peu de marges de manœuvre pour des dépenses supplémentaires puisque la croissance nominale a ralenti en parallèle. Toutefois, depuis 2017, le taux d’intérêt apparent de la dette française est inférieur à la croissance nominale, si bien que la dette publique peut être stabilisée avec un déficit primaire (c’est-à-dire avec un déficit public plus élevé que les seules charges d’intérêt de la dette). En profiter pour relâcher la contrainte budgétaire impliquerait cependant de pouvoir réduire rapidement le déficit primaire, lorsque le taux d’intérêt se rapprochera et repassera au-dessus du taux de croissance du PIB.

Ainsi, les pouvoirs publics doivent arbitrer entre deux risques opposés. D’un côté, ne pas profiter de la situation financière favorable aujourd’hui pour réaliser les investissements nécessaires. De l’autre, perdre le contrôle de la dette publique, si les dépenses ne peuvent pas être ajustées à la baisse lorsque l’écart entre taux d’intérêt et croissance nominale s’estompera, voire s’inversera, sans qu’un consensus se dégage aujourd’hui sur la probabilité ou l’horizon de cet évènement.

La France se caractérise par de hauts niveaux de dette tant publique que privée, des prélèvements obligatoires et des dépenses publiques élevés, qui n’ont quasiment jamais diminué depuis trente ans. Cela traduit à la fois une grande rigidité et des marges de manœuvre réduites. Plutôt qu’une dérive de la dette publique ou une réduction à marche forcée, affecter les économies liées à la baisse de la charge d’intérêt à un fonds d’investissement pour la transition écologique tout en réduisant progressivement la dette pourrait être une piste à privilégier.

Graphique - Note d'analyse 86
Type d'image: 
Libre

Les opinions exprimées dans cette note engagent leurs auteurs
et n'ont pas vocation à refléter la position du gouvernement

Auteurs

Vincent Aussilloux
Type d'image: 
Libre
Vincent
Aussilloux
Economie
Dimitris Mavridis
Type d'image: 
Libre
Dimitris
Mavridis
Economie
François Ecalle
Tous nos travaux sur  :