Back to
Publications
Note d'analyse
Date de publication : 
Lundi 10 Octobre 2016
Des passages par le chômage plus fréquents et des contrats à durée limitée plus nombreux et plus courts, voilà ce qui ressort de cet examen à la loupe des transitions professionnelles des personnes au cours des dix dernières années. Des résultats qui traduisent un changement profond dans les modes de gestion de la main-d’œuvre, avec un risque de fragilisation accrue d’une partie des actifs.
Les transitions professionnelles, révélatrices d'un marché du travail à deux vitesses

Le CDI est-il toujours la norme en matière de contrat de travail ? Oui et non. Oui avec une mesure en stock, c'est-à-dire une photographie des types de contrats à un instant t, photographie qui montre que 85,5 % des salariés sont « encore » en CDI. Non si le regard se porte sur les flux. En l’espèce, une telle analyse montre que la majorité des embauches se fait aujourd'hui en contrats courts et qu’un actif sur cinq change d’employeur ou connaît un épisode de chômage d’une année sur l’autre. C’était un sur huit il y a trente ans…

La montée de « l’instabilité récurrente »

On sait qu’une carrière ne s’envisage plus désormais de manière linéaire. On sait moins en revanche dans quelle mesure et pour qui les transitions, les ruptures ou les interruptions de parcours professionnels sont plus fréquentes, en particulier depuis la crise de 2008. C’est tout l’intérêt de cette analyse des transitions professionnelles des personnes (entre emploi(s) et chômage).

En se basant sur les enquêtes Emploi de l’Insee, elle confirme déjà que les trajectoires professionnelles sont plus heurtées aujourd'hui qu’au début des années 1980, c'est-à-dire avant l’assouplissement de la législation qui a permis le recours aux CDD et à l’intérim. Entre 1980 et 2014, la part des actifs qui, à un an d’intervalle, connaissent une transition professionnelle passe ainsi de 12 % à 17 %. Or, cette augmentation est à attribuer presque exclusivement à des épisodes de chômage plus fréquents.

Un marché du travail de plus en plus dual

Cette tendance de fond touche-t-elle de la même manière tous les actifs ? Non. Certains sont plus exposés que les autres, au premier rang desquels les jeunes et les moins qualifiés. Une surexposition dont l’analyse montre qu’elle est avant tout imputable à l’importance prise par les contrats à durée limitée dans la gestion de la main-d’œuvre. Un chiffre le résume : la probabilité d’être au chômage à horizon d’un an est dix fois moins élevée pour un salarié en CDI que pour un salarié en intérim.

Autre déterminant majeur : la durée du contrat. Il peut sembler trivial de dire que plus un salarié travaille en contrats courts, plus il risque de connaître des épisodes de chômage. La réalité chiffrée n’en est pas moins édifiante. Depuis la crise, les transitions vers le chômage concernent plus d’un cinquième des salariés en contrat de très courte durée (moins d’un mois) et ce chiffre grimpe encore dans les métiers de services qui autorisent les CDD d’usage et la réembauche (restauration, évènementiel, services à la personne…).

Enfin, les salariés en CDD tendent à le rester. Sur vingt salariés toujours en emploi un an plus tard, trois seulement sont passés en CDI quand quatorze sont toujours en CDD dont onze chez le même employeur ! Même pénalité pour les chômeurs dont les retours à l’emploi se font six fois sur dix en CDD ou en intérim. À cette persistance dans l’emploi à durée limitée, s’ajoute l’augmentation du sous-emploi (avec un presque doublement des temps partiels subis depuis 1990). Ensemble, ces tendances dessinent ainsi un marché du travail de plus en plus dual qui fragilise une partie des actifs en les enfermant à la marge de l’emploi stable.

Au-delà de la meilleure connaissance qu’elle apporte, cette analyse conforte donc l’importance du débat engagé autour de la flexisécurité et des enjeux de sécurisation des parcours professionnels.

Taux de transition annuels de l’emploi vers le chômage selon le domaine professionnel*
(2003 à 2014, en %)

note_danalyse_ndeg50.1_-_graphiques_graphique_3.jpg
Type d'image: 
Libre

note_danalyse_ndeg50.1_-_graphiques_graphique_3.jpg, par fcausse

* Les domaines professionnels sont distincts des secteurs d’activité. Ce sont des regroupements de métiers aux mêmes spécialités professionnelles qui correspondent à un niveau agrégé de la nonemclature des Familles professionnelles (Fap).
Champ : France métropolitaine, population des ménages, salariés (hors fonctionnaires) de 15 ans ou plus (âge au dernier jour de la semaine de référence).
Lecture : en moyenne annuelle, entre 2008 et 2014, près de 6 % des salariés du domaine du BTP une année donnée sont au chômage un an après.
Source : France Stratégie, d’après les enquêtes Emploi 2003-2014 (Insee), données pondérées du panel.

Céline Mareuge

 

Auteurs

Jean Flamand
Type d'image: 
Libre
Jean
Flamand
Travail, emploi, compétences
Tous nos travaux sur  :