L'Hôtel de Vogüé

Entrée de l’Hôtel de Vogüé

L’hôtel de Vogüé, siège du Commissariat général à la stratégie et à la prospective : Un édifice remarquable à la destinée peu commune.

L’hôtel de Vogüé est un bâtiment chargé d’histoire et d’une grande valeur architecturale.

Cet hôtel particulier du 7e arrondissement de Paris, a été construit au XIXe siècle en style Belle Époque. Il est situé au 18, rue de Martignac sur le côté de la basilique Sainte-Clotilde.

L’architecture Belle Époque

Le Comte Laurent-Charles-Arthur de Vogüé acheta, en 1878, une parcelle de 980m² bordant la rue de Martignac. Cet homme de goût qui était également un artiste, s’adressa à Ernest Sanson et lui demanda d’ériger une demeure sur le terrain.

Fruit de la rencontre entre un amateur avisé et un architecte expérimenté, cet édifice en digne représentant l’architecture de la deuxième moitié du XIXème, verra ses plans publiés dans la revue « L’Architecture » en 1890 afin de révéler les qualités du bâtiment.

screen-capture-5-300x2421.png

Ernest Sanson, un architecte inspiré

Ernest Sanson nait à Paris le 12 mai 1836 et meurt à Paris le 15 janvier 1918. Entré à 18 ans à l’École des Beaux-Arts de Paris, Sanson suit les cours de Jacques Gibert, il obtiendra son diplôme d’architecte en 1861.

Le style distinctif de Sanson est la construction de demeures élégantes, inspirées des meilleurs modèles classiques, mais confortables et pourvues de tout le confort moderne. Il surclasse ses rivaux par l’élégance de son style et la sûreté de son goût, là où d’autres construisent des résidences qui font immanquablement penser à des hôtels de voyageurs.

En 1884, Sanson reçoit la grande médaille d’argent de l’architecture privée de la Société centrale des architectes puis, en 1908, la grande médaille d’or. En 1911, il est fait chevalier de la Légion d’honneur.

 

 

Intérieur Hôtel de Vogüé (c) CGSP

D’illustres propriétaires 

Après la Première Guerre mondiale, l’ancien Hôtel d’Arthur de Vogüé devient la propriété du Comte Pierre-Joseph-Augustin de Montaigu qui épousa Marie-Louis-Caroline de Wendel. Celle-ci en fit dotation à l’État en 1928.

Il accueillera dès lors le Secrétariat du ministère de la Guerre, puis en 1946 le Commissariat général du Plan dont Jean Monnet est le premier à occuper la fonction « indéfinissable de Commissaire au Plan », et enfin depuis 2006 le Centre d’analyse stratégique.

 

Salle Jean Monnet (c) CGSP

 

Voir les articles des JEP 2013 

 

f131.jpg

  

f161.jpg

  

4721.jpg

  

1151.png

  

50721.jpg

  

screen-capture-51.png

  

1141.jpg

  

f141.jpg

  

1171.jpg

  

f41.jpg

  

1121.jpg

  

hotel1.jpg

  

1181.jpg

  

screen-capture-61.png

  

1161.jpg

  

f231.jpg

  

f91.jpg

  

screen-capture-71.png

  

2721.jpg

  

f241.jpg

  

f111.jpg

  

1131.jpg