Back to
Document de travail
Publié le :
Mardi 25 Avril 2017
Une façon novatrice d’aborder la question du travail de demain consiste à interroger les modes d’organisation des entreprises. Ces formes d’organisation ont contribué à façonner le monde d’aujourd’hui, et leur évolution est porteuse de profonds changements à la fois pour les travailleurs, pour l’économie et pour la société dans son ensemble.
2017/2027 - Mobiliser l'épargne pour le financement des startups - Actions critiques

L’avenir du travail peut largement se lire dans les mutations de l’organisation du travail. Ce qui a marqué l’entrée dans la révolution industrielle, c’est moins la diffusion des machines que la généralisation de la division des tâches, laquelle annonçait l’avènement du travail de masse. De même, c’est d’abord le déclin du taylorisme dans les années 1970 qui a signalé la sortie de l’ère industrielle.

Mais pour quelles raisons les entreprises décident-elles de changer leur organisation du travail ? Essentiellement pour gagner en performance dans un contexte donné. Si la parcellisation des tâches s’est imposée, c’est parce qu’elle permettait de produire plus et à moindre coût. Une organisation du travail performante est non seulement un gage d’adaptation à l’environnement économique, mais aussi un moyen de créer de nouveaux marchés et de s’imposer comme le leader sur son segment.

À l’inverse, le mode d’organisation retenu est aussi tributaire des possibilités technologiques existantes et du niveau de formation de la main-d’oeuvre. La division des tâches a certes accru la performance mais l’adoption des machines industrielles a permis de pousser le modèle jusqu’à sa limite : c’est ainsi que l’on est passé de la petite manufacture d’épingles chère à Adam Smith aux gigantesques lignes d’assemblage mises en oeuvre par Henry Ford. De même, la décomposition du travail en tâches simples et la restriction de l’autonomie des salariés pouvaient paraître adéquates dans un contexte de faible niveau d’éducation, mais à mesure que ce niveau s’élève, les entreprises peuvent – donc doivent – introduire des formes d’organisation plus complexes, faisant appel à l’initiative et aux capacités cognitives des travailleurs.

travail_2030_infographie_28.04-01.jpg
Type d'image: 
Libre

 

Auteurs

salima_benhamou_-_dte.jpg
Salima
Benhamou
Travail, emploi, compétences
Tous nos travaux sur  :