Back to
Note d'analyse
Publié le
Jeudi 15 Septembre 2022
Les effets sanitaires des combinaisons de polluants chez des populations particulières constituent une préoccupation de santé publique majeure. Des travaux de cartographie croisée des pollutions sont nécessaires pour dresser le panorama de ces combinaisons, préalable à l’examen des inégalités d’exposition des populations aux pollutions des milieux. Leur réalisation se heurte néanmoins à plusieurs obstacles méthodologiques.
NA 112 - Inégalités environnementales et sociales se superposent-elles ? - Image principale

Téléchargez la note d'analyse 112 
Inégalités environnementales et sociales se superposent-elles ?

Pour apporter un premier éclairage de la double vulnérabilité aux inégalités environnementales et sociales, nous avons conduit une analyse croisée de six types de pollutions des sols et de l’air pour l’ensemble des communes de France métropolitaine en fonction de caractéristiques socioéconomiques des populations. Pour les pollutions de l’air, les données n’étant le plus souvent disponibles qu’au niveau intercommunal, nous avons considéré que le niveau de pollution était homogène au sein d’une intercommunalité donnée.

Les sols contaminés sont globalement concentrés dans les villes fortement peuplées, alors que dans le cas des pollutions de l’air, d’importantes disparités territoriales sont observées en fonction des polluants. La construction d’un indice d’exposition multiple (IEM) aux pollutions permet d’avoir une vision synthétique des combinaisons de facteurs de risques sanitaires : les métropoles présentent ainsi un IEM quatre fois supérieur à la moyenne nationale.

Mais l’existence d’effets croisés selon les territoires brouille ce message national. Si au niveau national les ouvriers et les employés semblent nettement surreprésentés dans les communes les moins polluées, ces résultats sont infirmés dans certains territoires où un fort IEM apparaît corrélé à la précarité sociale. Par exemple, dans les zones industrielles, les chômeurs et les ouvriers sont plus souvent localisés dans les communes à fort IEM. Les zones rurales, plus fortement exposées aux pollutions d’origine agricole, sont caractérisées par un niveau de vie médian inférieur de 9 % à la moyenne, un taux de pauvreté plus élevé et une population beaucoup plus âgée.

Ces résultats devraient être confirmés par l’analyse de jeux de données plus complets. Notre étude souligne la nécessité d’appréhender la question des inégalités environnementales en distinguant clairement les zones agricoles des zones industrielles et urbaines, pour lesquelles les enjeux sanitaires et les structures sociodémographiques sont très différentes. La mise en œuvre de politiques de prévention des risques différenciées devrait être privilégiée.

NA 112 - Graphique page 1

Les opinions exprimées dans ce document engagent leurs auteurs 
et n'ont pas vocation à refléter la position du gouvernement.

Auteurs

julien_fosse.jpg
Type d'image: 
Libre
Julien
Fosse
Anciens auteurs de France Stratégie
Mathilde Viennot
Type d'image: 
Libre
Mathilde
Viennot
Société et politiques sociales
Camille Salesse, Société et politiques sociales
Tous nos travaux sur  :