Back to
Actualités
Publié le
Jeudi 23 Avril 2020
Exposition au risque sanitaire mais aussi à la perte de revenus ou d’emploi : l’épidémie et le confinement ont mis en lumière nos fragilités et révélé de nouvelles fractures. Quels enseignements en tirer pour faire évoluer notre modèle social, mieux reconnaître les métiers qui servent l’utilité commune et apprendre à « faire avec » nos vulnérabilités ?
Quel modèle social pour « faire avec » nos vulnérabilités ?
Si le virus nous rend toutes et tous vulnérables, les individus ne sont pas tous touchés de la même manière par la pandémie (du fait de leur âge, de leur état de santé, de leur exposition à d’autres facteurs de risques environnementaux, de leurs conditions de vie ou de travail) et par le confinement, qui exacerbe les inégalités de revenu, d’éducation et de logement. Beaucoup de ceux (et surtout de celles) qui sont au travail ces temps-ci, aux postes essentiels, sont aussi les plus vulnérables. De ce point de vue, la vulnérabilité est à la fois universelle et inégalitaire, et les enjeux de métiers et de statuts sont brutalement mis en relief (personnels soignants, employés du commerce, ouvriers et techniciens des services publics mobilisés, indépendants fragilisés, précaires exposés, cadres et employés pouvant télétravailler…). L’écart apparu au grand jour entre les métiers essentiels à la continuité de la vie sociale et leur position pour la majorité en bas de l’échelle des salaires pourrait inviter à repenser nos priorités et la valeur qu’on accorde à ceux qui y répondent. Sont ainsi posées la question de notre modèle social, et in fine celle de notre modèle de société.

Au-delà de la dimension strictement sanitaire, la crise en cours met notre modèle de société sous tension : elle révèle certaines de nos fragilités, individuelles et collectives, et nous pousse à réinterroger les hiérarchies que nous établissons d'ordinaire entre les différents métiers. C'est autour de ces deux grandes dimensions que nous proposons d'organiser le questionnement quant aux manière de "faire société" à partir de nos vulnérabilités...

Lire la suite


Les contributions reçues sur ce thème par nos lecteurs :

Darenes Anaïs, REFEDD (Réseau Français Etudiant pour le Développement Durable),Former les citoyen.ne.s aux enjeux écologiques et de solidarité »
De Basquiat Marc, StepLine, « Hypothèses de rupture en fiscalité, protection sociale et logement »
Vignes Renaud, IUT d'Aix en Provence, « Que ferons-nous de cette épreuve ? »
Tous nos travaux sur  :